Pour l'ouverture de la chasse 2024, les chiens valaisans devront être impérativement formés

Image d'illustration ©Keystone-ATS
Loi
Thomas Schurch
Journaliste RP

En Suisse, selon la loi fédérale sur la protection des animaux, les chiens de chasse doivent suivre une formation obligatoire. Sur Rhône FM, on apprend que la mesure entre en vigueur à l'automne 2024 sur l'ensemble du territoire cantonal. Le point avec Nicolas Bourquin, chef du Service de la chasse.

C'est un impératif de la Confédération qui remonte à plusieurs années déjà : le dressage obligatoire des chiens de chasse. Selon Berne, le chien doit être formé afin d'assurer une chasse "plus respectueuse de la protection des animaux". (article 2 alinéa 2bis lettre b OChP). Cette mesure relève de la compétence des cantons, chaque région doit l'adapter.

Qu'en est-il du Valais ?

Le Valais doit donc se conformer à la Loi... Et cela prend du temps. "Depuis 2013, la légalisation fédérale sur la protection des animaux a été adaptée, de nombreuses prescriptions ont été ajoutées", explique Nicolas Bourquin, chef du Service valaisan de la chasse. "Dans l'arrêté 2021-2022, nous avons intégré ces prescriptions concernant la formation des chiens dans le droit cantonal. Nous avons mis en place un moratoire de trois ans." Le Service annonce travailler en collaboration avec la Fédération Valaisanne des Sociétés de Chasse. Une commission est mise sur pied afin que tout soit prêt pour l'ouverture de la chasse à l'automne 2024.

5 catégories de chiens

D'ici deux ans donc, les chiens devront être formés, testés, examinés. Cinq catégories sont concernées par ces formations obligatoires :

1. Les chiens de rouge (recherche au sang, sur la piste d'une bête blessée)

2. Les chiens au sanglier

3. Les chiens au terrier

4. Les chiens d'arrêt

5. Les chiens rapporteurs

En Valais, des cours sont déjà donnés pour deux catégories : les chiens de rouge sont formés et obtiennent une licence dans le canton. Les chiens au sanglier le sont dans un parc situé dans le canton de Zürich. "Nous n'avons pas structures adéquates ici pour la formation au sanglier", précise Nicolas Bourquin.

A l'avenir, une autre catégorie de chien sera formée en dehors du canton, les chiens au terrier. "En Valais, la chasse au terrier n'est quasiment plus pratiquée... Pour les rares chasseurs qui pratiquent encore une telle chasse, leurs chiens seront formés hors canton."

Reste les chiens d'arrêt et les rapporteurs. "Pour ces deux types de chiens, tout sera mis en place au niveau cantonal en collaboration avec la Fédération Valaisanne des Sociétés de Chasse. A la clé, le chien obtiendra une attestation cantonale". Ecoutez Nicolas Bourquin :

"Nous devons appliquer cette mesure au niveau cantonal"

Qu'en est-il des actuels chiens de chasse valaisans ?

Ces formations seront donc effectives pour la saison 2024-2025. Qu'en est-il des actuels chiens de chasse valaisans, devront-ils eux aussi passer un examen ? "Non, nous partons du principe que les chiens de chasse actuellement utilisés sont déjà formés", répond le chef du Service de la chasse. "Le nouveau concept est prévu pour les nouveaux chiens en 2024. Concernant les chiens actuels, il faut savoir qu'en tout temps un garde-faune peut suspendre l'utilisation d'un chien s'il pose problème."

Les actuels chiens de chasse n'auront pas besoin de passer des examens
"Oui en Valais, nous faisons une chasse éthique"
Les chasseurs valaisans doivent s'adapter, encore une fois, aux nouvelles exigences fédérales. Des chasseurs de plus en plus encadrés, sollicités. "Depuis 10 ans, le droit fédéral sur la chasse - et respectivement les chasseurs - ont fait beaucoup d'efforts. Beaucoup de prescriptions sur la protection des animaux ont été intégrées dans le droit cantonal et fédéral sur la chasse", explique Nicolas Bourquin. "Les anti-chasse oublient que les chasseurs font, depuis 10 ans, de nombreux efforts dans le sens de la protection des animaux pour une chasse éthique, à juste titre ! Mais on ne peut pas en permanence demander davantage aux chasseurs. Désormais nous pouvons dire que nous avons des prescriptions solides. Nous pouvons dire que oui, ici en Suisse et en Valais, nous faisons une chasse éthique et respectueuse de la protection animale".
Pour Nicolas Bourquin, on demande beaucoup aux chasseurs
TS
Les articles les plus lus