Pour les hôteliers grisons, une fermeture serait "un désastre"

"Pour le moment, la situation est incroyable, l'état des réservations est excellent", s'est réjoui devant les caméras de la RSI Ernst Wyrsch, président de la section grisonne d'HotellerieSuisse (archives). ©KEYSTONE/GIAN EHRENZELLER
Tourisme
Keystone-ATS
Keystone-ATS

Alors que l'Autriche a débuté ce lundi un confinement censé durer jusqu'à mi-décembre, les acteurs du secteur hôtelier aux Grisons sont partagés entre l'espoir que suscite le niveau de réservations particulièrement élevé pour les fêtes de fin d'année.

"Pour le moment, la situation est incroyable, l'état des réservations est excellent", s'est réjoui devant les caméras de la RSI Ernst Wyrsch, président de la section grisonne d'HotellerieSuisse. Selon lui, cela est à mettre au crédit d'une part à la préférence nationale qui prévaut désormais dans la population suisse, mais aussi au report vers les stations grisonnes de nombreux séjours initialement prévus en Autriche.

Le dirigeant se dit toutefois préoccupé par l'évolution de la situation sanitaire dans le canton. "Si nous devions arriver au niveau de l'Autriche et fermer à mi-décembre, ce serait un désastre", a prévenu M. Wyrsch. Il s'est également ému d'un manque inédit de personnel, estimé entre 20 et 25% dans tous les domaines: de nombreux établissements craignent par exemple de ne pas être en mesure d'ouvrir leurs restaurants.

Le canton connaît actuellement une flambée de nouvelles infections au coronavirus, avec plus de 200 cas quotidiens, le niveau le plus élevé depuis le début de la pandémie, alors que près de 1600 personnes ont été placées en isolement. Les autorités ont imposé dès ce lundi le port du masque à partir de la troisième primaire jusqu'aux vacances de fin d'année dans les régions d'Imboden, Moesa, Landquart, Plessur, Prettigovia, Surselva et Viamala.

ATS
Catégories