Plus de 8 millénaires à avaler des bêtes piégées : le gouffre de Giétroz présenté ce vendredi à Sion

Uniques, les découvertes de Giétroz livrent leur lot de connaissances  ©Rémy Wenger
Archéozoologie
Christian Hermann
Rédacteur en chef adjoint

Il a été découvert à l’été 2017, à 2178 mètres d’altitude dans le vallon de Susanfe (commune d'Evionnaz). Le gouffre de Giétroz, 10 mètres sous le sol et constitué de deux grandes salles reliées par un boyau, aura piégé des centaines de bêtes depuis plus de huit millénaires pour les plus anciennes.

Au fil du temps, on peut presque parler de carnage au vu des nombreux ossements de bouquetins, chamois, ours, lièvres, moutons ou oiseaux, jonchant le fond de la cavité découverte par Simon Richard, berger de son état, le premier à explorer cette cavité en compagnie du guide Hubert Caloz, tragiquement décédé depuis.

Ce qui est sûr, c’est que les connaissances que la découverte a pu apporter, sur l’évolution du climat alpin dès 6460 av. J.-C. – mais aussi sur le pastoralisme durant le second âge du Fer – sont au cœur d’une conférence publique organisée par la Murithienne, ce vendredi à Sion.

Aux côtés de Michel Blant de l’Institut suisse de spéléologie et de karstologie, Nicole Reynaud Savioz (interview ci-dessous).

L’archéozoologue viendra présenter l’expertise et les découvertes livrées par ce gouffre pour le moins particulier.

La soirée est organisée à la Salle des Arsenaux, av. de Pratifori 18, à Sion, dès 20h15. L’entrée est libre. Le pass covid est obligatoire.
 

Deux campagnes ont été nécessaires pour inventorier, analyser, dater les ossements

Deux campagnes ont été nécessaires pour inventorier, analyser, dater les ossements (photo Rémy Wenger)

CH
Thèmes liés à l'article
Catégories
Les articles les plus lus
A la Une