Philippe Nantermod : "Il faut rouvrir le débat sur le nucléaire."

Didier Morard
Journaliste

La Suisse doit-elle revenir sur sa décision de sortir du nucléaire ? La question refait surface depuis le rejet de la loi CO2. Le conseiller national PLR Philippe Nantermod est favorable à un retour du débat sous la Coupole fédérale.

Le nucléaire ne vit peut-être pas ses dernières heures en Suisse. De nombreuses organisations pronucléaires demandent de rouvrir le débat sur la sortie de l'atome, adoptée par le Conseil fédéral en 2011 après l'accident de Fukushima au Japon. Côté politique, l'UDC reste favorable au nucléaire, qu'elle juge nécessaire pour la transition énergétique. Si le parti agrarien était jusqu'ici seul à mener ce combat, il a reçu vendredi dernier un soutien de poids à la Foire du Valais à l'occasion du rendez-vous de la science. Le conseiller national PLR Philippe Nantermod a affirmé qu'il était temps de rouvrir le débat sur le nucléaire.

"On ne peut pas s'épargner une discussion sur ce sujet."Philippe Nantermod, conseiller national (PLR/VS)

Celui qui est également vice-président du PLR Suisse, affirme que la Confédération a un besoin grandissant en électricité. "Avec l'électrification des voitures électriques, on ne sait pas actuellement comment on va faire pour alimenter ces véhicules", se questionne Philippe Nantermod, qui affirme que les énergies renouvelables ne parviendront pas à assumer les besoins supplémentaires en électricité. Si son collègue du Conseil national, le Vert Christophe Clivaz, partage cette crainte, il affirme que le nucléaire n'est pas la solution : " Les barrages auront un rôle clé à jouer tout comme les nouvelles technologies."

Rouvrir un vieux débat

Depuis le rejet par le peuple de la loi CO2 en juin dernier, de nombreuses organisations pronucléaires appellent Berne à rouvrir ce débat sur le nucléaire. Reste la question des risques que comporte l'énergie nucléaire. "Le risque existe mais les effets ont pu être maîtrisés après l'accident nucléaire de Fuskuhima au Japon", affirme Philippe Nantermod. Autre problématique : les déchets nucléaires. "En Suisse on sait gérer des déchets toxiques plus volumineux et plus lourds que les déchets nucléaires", surenchérit Philippe Nantermod.

Et ce sont justement les déchets nucléaires qui inquiètent Christophe Clivaz. " On aura des déchets nucléaires pendant des milliers d'années. C'est un fait ingérable."

La Suisse compte actuellement quatre centrales nucléaires en activité : Beznau I et II, Gösgen ainsi que Leibstadt. L'installation de Mühleberg est en cours de démantèlement.

DM
Thèmes liés à l'article
Catégories
Les articles les plus lus
A la Une