Pas de mort au Théâtre de Marioupol - Dialogues tous azimuts

Une école endommagée parmi d'autres bâtiments résidentiels à Kiev, où Moscou a renforcé ses bombardements, ©KEYSTONE/AP/Rodrigo Abd
Ukraine
Keystone-ATS
Keystone-ATS

Macron-Poutine, Biden-Xi ou à l'ONU, les échanges se sont multipliés vendredi pour trouver une issue au conflit en Ukraine et réduire ses conséquences dans le monde. Sur le terrain une bonne nouvelle: le bombardement du théâtre de Marioupol n'aurait pas fait de mort.

Deux jours après le bombardement d'un théâtre à Marioupol, Volodymyr Zelensky a annoncé que "plus de 130 personnes ont pu être sauvées. Mais des centaines d'habitants sont toujours sous les décombres", a-t-il ajouté dans une vidéo, alors même que l'armée russe a annoncé se battre désormais dans le centre-ville de ce port sur la mer d'Azov, assiégé depuis des jours.

M. Zelensky a promis la poursuite des opérations de secours "malgré les bombardements" qui continuent dans cette ville.

L'armée russe a elle affirmé avoir réussi à pénétrer dans la ville et y mener des combats, aux côtés de troupes de la "république" séparatiste de Donetsk. Ces troupes "resserrent leur étau d'encerclement et combattent les nationalistes dans le centre de la ville".

La prise de Marioupol serait un important tournant dans le conflit et permettrait à la Russie d'assurer une continuité territoriale entre ses forces venues de la Crimée annexée, et les troupes du Donbass.

La mairie de Marioupol a signalé que la situation était "critique" en ville avec des bombardements russes "ininterrompus" et des destructions "colossales". Selon les premières estimations, environ 80% du parc de logements de la ville a été détruit.

8 ans de l'annexion de la Crimée

Dans un nouvel échange téléphonique, d'une heure dix, le président français Emmanuel Macron a exprimé à son homologue Vladimir Poutine sa "préoccupation extrême" concernant la situation à Marioupol. Il a "de nouveau exigé le respect immédiat d'un cessez-le-feu" en Ukraine.

Le chef de l'Etat a mis sur la table "la détérioration de la situation, la poursuite des frappes touchant les civils et le non-respect du droit humanitaire, tandis que les négociations entre délégations russe et ukrainienne n'ont pour le moment pas produit d'avancées", selon l'Elysée.

Le chef de la délégation russe aux pourparlers avec Kiev a annoncé vendredi avoir constaté un "rapprochement" des positions sur la question d'un statut neutre de l'Ukraine et des progrès sur celle de la démilitarisation du pays. Il a toutefois relevé des "nuances" à propos des "garanties de sécurité" réclamées par l'Ukraine, précisant ne pas pouvoir révéler les détails des négociations mais que les délégations sont "à mi-chemin" d'un accord sur la question.

L'Ukraine avait estimé mercredi que des "contradictions profondes" persistaient dans les pourparlers russo-ukrainiens, mais qu'un "compromis" était encore possible.

Avant son téléphone avec son homologue français, M.Poutine a célébré vendredi les huit ans de l'annexion de la Crimée ukrainienne devant près de 100'000 personnes. "Pour un monde sans nazisme", "Pour la Russie", proclamaient des banderoles déployées dans le stade Loujniki de Moscou, plein à craquer.

Des missiles contre Lviv

Sur le terrain, Moscou poursuit son offensive, qu'elle étend à l'ouest où "des missiles ont frappé le quartier de l'aéroport", près de Lviv, sans faire de victimes, a écrit sur son compte Facebook Andriy Sadovy, le maire de cette grande ville située près de la frontière polonaise, jusque-là épargnée par les combats.

"C'est une frappe sur la ville de Lviv, un hub humanitaire où se trouvent plus de 200'000 déplacés" et cela montre "qu'ils se battent non pas contre des militaires mais contre la population", a affirmé Maksym Kozytsky, le gouverneur régional de Lviv, faisant état d'un blessé léger.

Le président ukrainien a imploré une nouvelle fois jeudi les Occidentaux d'aider à "arrêter cette guerre", au moment où des frappes russes faisaient au moins 27 morts dans l'est du pays.

"Un peuple est en train d'être détruit en Europe", a-t-il dit, ovationné par les députés du Bundestag allemand auxquels il s'est adressé par visioconférence.

Aucun bilan global précis n'a été fourni même si le président Zelensky a mentionné le 12 mars la mort d'"environ 1300" militaires ukrainiens, tandis que Moscou a seulement rapporté près de 500 morts dans ses rangs le 2 mars.

D'après le décompte au 16 mars du Haut-Commissariat des Nations Unies aux droits de l'Homme en Ukraine consulté par l'AFP, soulignant que ses chiffres sont probablement très inférieurs à la réalité, au moins 780 civils - dont 58 enfants - ont été tués en Ukraine et plus de 1250 blessés.

Humanitaire

Plus de 3,2 millions d'Ukrainiens ont pris les routes de l'exil, dont près des deux tiers vers la Pologne, parfois seulement une étape avant de continuer leur exode.

Les besoins humanitaires en Ukraine se font "de plus en plus urgents", avec plus de 200'000 personnes privées d'eau rien que dans la région de Donetsk et de "graves pénuries" de nourriture, d'eau et de médicaments dans des villes comme Marioupol ou Soumy, a déclaré vendredi un porte-parole du HCR, Matthew Saltmarsh.

A l'étranger aussi, les conséquences de la guerre en Ukraine inquiètent. Les présidents américain Joe Biden et Chinois Xi Jinping se sont entretenus plus de deux heures. "La crise ukrainienne n'est pas quelque chose que nous souhaitions voir" arriver, a déclaré M. Xi, selon des propos rapportés par la télévision chinoise.

Les grandes organisations économiques internationales telles que la Banque européenne pour la reconstruction et le développement (BERD), le Fonds monétaire international et la Banque mondiale se sont déclarées vendredi "horrifiées et profondément inquiètes" de l'invasion russe de l'Ukraine, prévoyant de "vastes retombées économiques mondiales".

Le directeur du Programme alimentaire mondial a lancé vendredi un vibrant appel aux pays développés pour qu'ils ne "négligent" pas les pays, autres que l'Ukraine, qui sont également dans une extrême précarité. "S'il vous plaît, ne négligez pas le Sahel, s'il vous plaît, ne négligez pas la Syrie, la Jordanie, le Liban. Si vous le faites, les conséquences seront catastrophiques, plus que catastrophiques", a dit son directeur David Beasley.

ATS
Les articles les plus lus