A Paris, le Valaisan Bastien Nançoz a reçu le prix de l'Institut François Mitterrand

Bastien Nançoz ©Institut François Mitterand
Récompense
Didier Morard
Journaliste

Le Valaisan Bastien Nançoz brille en France avec une nouvelle distinction à accrocher à son palmarès. L'historien sédunois a reçu mardi soir à Paris le Prix de l'Institut François Mitterrand pour son travail de Master.

Il nous dit d'emblée qu'il avait pris son après-midi [NDLR : de lundi] pour se reposer et préparer son discours en vue de la remise de son Prix. Mais c'était sans compter sur l'appel de Rhône FM pour recueillir ses impressions quelques heures avant la cérémonie officielle à l'Institut François Mitterrand. " C'est un grand honneur et un grand plaisir de recevoir ce Prix important de publication. Ça permettra de financer en partie la publication. Ce livre [François Mitterrand et la Suisse : une amitié européenne] est déjà paru aux éditions Slatkine en octobre 2021", indique Bastien Nançoz.

A l'heure actuelle, l'Union européenne a d'autres chats à fouetter que de s'occuper de sa relation avec la Suisse.Bastien Nançoz, historien

Le Sédunois a consacré son Master aux relations entre François Mitterrand et la Suisse. L'ancien président français était un ami de notre pays. Il s'est rendu en Suisse en 1983, plus de 70 ans après la dernière visite d'Etat d'un président français. "Il a initié un âge d'or des relations franco-suisses. Il est venu en tout à huit reprises en Suisse durant ses deux septennats, ce qui n'a jamais été égalé avant lui ou après lui", rappelle l'historien originaire de Sion.

Des relations en berne

Aujourd'hui, les contacts avec notre voisin français et l'Union européenne sont plus compliqués. " A la fin des années 1980, les membres du Conseil fédéral se sont clairement positionnés pour une participation de la Suisse à ce nouvel ordre européen. Le peuple suisse avec le non à l'Espace économique européen (EEE) en 1992 s'est vraiment positionné contre la participation de la Suisse. C'est un rendez-vous manqué", déplore Bastien Nançoz qui n'hésite pas, en européen convaincu, de dire que la Suisse devrait adhérer à l'Union européenne. " C'est une position un peu minoritaire mais sur le fond, la Suisse est européenne. Durant le Covid, les frontières se sont fermées et on s'est rendu compte qu'en temps normal, la Suisse est intégrée à cet espace européen."

Bastien Nançoz : un Européen convaincu

La Confédération souffle le chaud et le froid avec ses voisins, selon Bastien Nançoz. Si la pandémie et la guerre en Ukraine ont rapproché l'Union européenne et la Suisse, la rupture de l'accord-cadre l'an dernier a refroidi les relations entre l'UE et la Confédération. " L'Ukraine et la pandémie ont montré une solidarité des deux côtés. Il y a un an, l'enterrement de l'accord-cadre - unilatéralement par le Conseil fédéral – a gâté les relations entre Berne et Bruxelles. A l'heure actuelle, l'Union européenne a d'autres chats à fouetter que de se préoccuper de sa relation avec la Suisse."

Les relations entre la Suisse et l'Union européenne

Bastien Nançoz n'en est pas à ses premières récompenses en France. En 2020, le Sédunois s'est vu remettre par le Ministère français des Affaires étrangères et l’Institut d’Histoire des Relations Internationales Contemporaines le Prix Jean-Baptiste Duroselle. Il récompense le meilleur travail de Master sur les relations diplomatiques de la France.

DM
Thèmes liés à l'article
Suisse-franceFRANCEDistinctionparis
Catégories
Les articles les plus lus