Paolo Tramezzani: «Pour le moment, nous ne devons pas regarder trop haut»

Paolo Tramezzani ©Keystone-ATS
Football
Christophe Moreillon
Journaliste sportif stagiaire

Le FC Sion aborde son dernier sprint de l’année 2021. Cinq matches qui doivent le conduire jusqu’à Noël et lui donner plus de sécurité sur la zone rouge. Mais aussi prouver que la pause internationale a permis aux Valaisans d'assimiler pour de bon les idées de leur entraîneur.

La pause internationale et l'euphorie née de la qualification de la Nati pour le Mondial passées, le championnat de Super League reprend ses droits ce week-end. Le FC Sion accueille samedi à Tourbillon (18h00) le FC Zurich, actuel 2ème du classement. Avant ce rendez-vous, l'entraîneur sédunois Paolo Tramezzani nous parle des deux semaines écoulées et de celles qui arrivent jusqu'à Noël. Interview.

Paolo Tramezzani, comment s’est passée cette pause internationale ?
Bien. On a fait du bon travail. On est partis durant quatre jours et ça nous a fait du bien de nous retrouver ensemble. On n’a pas eu de problèmes physiques donc de côté-là aussi, c’est positif. Cette semaine, on a repris un rythme plus «normal» de jours qui précèdent une rencontre mais vraiment, je suis satisfait de ce que mes joueurs ont produit.

«On doit être moins timides, plus dangereux et plus efficaces.»Paolo Tramezzani

Sur quoi avez-vous axé votre travail durant ces deux semaines?
On a touché au physique durant la première semaine mais surtout, on s’est concentré sur l’aspect tactique. On a divisé ça en plusieurs phases de jeu, en cherchant notamment des solutions lorsque nous sommes dans la moitié de terrain adverse. Le but est que l’on soit moins timides, plus dangereux, plus efficaces aussi.

Vous avez l’impression que cette trêve a permis aux joueurs d’assimiler davantage encore votre message?
Sincèrement, à l’entraînement j’ai toujours eu une sensation positive. J’ai toujours eu l’impression que mes idées étaient comprises. Après, c’est clair que quand on est en situation de match, les choses peuvent changer. Il y a plus d’émotions, il y a parfois de la crainte, de la peur, toutes sortes de choses qu’il faut savoir gérer. Ces deux semaines m’ont surtout permis d’utiliser les entraînements pour faire en sorte que les joueurs soient maintenant prêts à affronter n’importe quelle situation d’une partie.  

«Ce groupe est sain, il vit bien. Les joueurs sont capables aussi bien de travailler sérieusement que de relâcher la pression en équipe.»Paolo Tramezzani

Vous l’avez évoqué, vous êtes partis en Italie la semaine dernière. Qu’est-ce que vous ont apporté ces quatre jours près de Novare?
Je crois que tous les moments passés ensemble font du bien. Ce groupe est sain, il vit bien. Les joueurs sont capables aussi bien de travailler sérieusement que de relâcher la pression en équipe, de passer de vrais moments de convivialité. Ce petit camp me tenait personnellement vraiment à cœur. C’était pour moi la première occasion de rester avec eux durant plusieurs jours donc je suis heureux d’avoir pu vivre ça.

Place maintenant au championnat avec ces cinq matches encore à jouer cette année. Vos objectifs jusqu’à Noël, quels sont-ils?
Je veux voir le groupe continuer à grandir, voir mes joueurs produire du plus beau football. Sur le terrain, je veux vraiment que mon équipe montre qu’elle a de la personnalité. Voilà pour l’heure les seuls objectifs que je me fixe.

Mais quand même, le but, c’est de regarder le plus haut possible au classement, non?
Oui. Mais pour le moment, je crois qu’il est important de regarder où nous sommes. Nous devons absolument garder les pieds sur terre. Vivre ce que l’on a à vivre, que ce soit dans le bien ou dans le mal. Pour le moment, nous ne devons pas regarder trop haut.   

Guillaume Hoarau sur la voie du retour
Éloigné des terrains depuis une blessure subie à l’entraînement à la veille du premier duel de la saison face au FC Zurich début octobre, Guillaume Hoarau est sur la voie du retour. Le Réunionnais a retrouvé les terrains cette semaine pour s’y entraîner de manière individuelle dans un premier temps. «Mais l’espoir qu’il puisse rejouer plus tôt que prévu existe», affirme son entraîneur Paolo Tramezzani. «On pensait d’abord à un retour au mois de janvier mais si tout se passe bien, il devrait pouvoir être disponible pour les deux derniers matches de cette année.» Autre joueur qui pourrait (re)devenir une option offensive des Sédunois: Giovanni Sio. «Il est avec nous depuis 5 semaines maintenant et il a pris part au camp en Italie.» De là à imaginer un engagement à court terme? «Tout ce que je peux vous dire à l’heure actuelle, c’est que c’est quelqu’un qui sait jouer au foot», souffle le Transalpin.

Ce samedi, vous avez rendez-vous avec Zurich à Tourbillon. À quel genre de match vous attendez-vous?
Vous savez, depuis que je suis là, je répète toujours la même chose: que ce championnat est difficile. Ce sera à nouveau le cas face à Zurich. Je m’attends à un duel très compliqué. Il faudra être prêt à se battre contre un adversaire très bien organisé, qui est dans une très bonne passe et qui possède des joueurs d’expérience et de grande qualité.

«Face à Zurich, il faudra non seulement être solides défensivement mais aussi bons en phase d'attaque et lorsque nous avons le ballon.»Paolo Tramezzani

Un adversaire, aussi, qui possède la meilleure attaque du championnat. Pour le contrer, on doit s’attendre à voir un FC Sion particulièrement défensif?
Pas forcément. Évidemment qu’il faudra être solides défensivement mais nous devrons également être bons en phase d’attaque et lorsque nous aurons le ballon. Autant de points sur lesquels nous possédons encore une belle marge de progression.

Lors du dernier match entre les deux équipes, le FC Sion avait sombré sur le score de 6-2. Le souvenir de cette partie, il peut avoir un effet dans les têtes?
Je ne crois pas non. Du temps a passé depuis cette rencontre et je préfère de toute manière regarder vers l’avant. C’est un nouveau match et nous avons l’occasion de lui donner un autre sens, peu importe le résultat de l’affrontement précédent. En plus, nous jouerons cette fois à la maison. On a vraiment envie de bien faire les choses.

«Jouer à la maison et ne pas obtenir les trois points n’est pas facile. Nous en avons bien parlé avec les gars durant ces deux semaines de pause.»Paolo Tramezzani

Vous jouerez peut-être à la maison mais depuis votre retour en Valais, le bilan est clair: quatre matches, deux victoires à l’extérieur, deux défaites à Tourbillon. Une sorte de «complexe de Tourbillon»?
C’est en tout cas quelque chose de décevant, évidemment... Jouer à la maison et ne pas obtenir les trois points n’est pas facile. Nous en avons bien parlé avec les gars durant ces deux semaines de pause.  Tout le monde se rejoint sur une chose: nous voulons aborder la rencontre de ce samedi avec sérénité, tranquillité et avec la certitude de pouvoir faire une belle prestation. Si on y parvient, la probabilité d’obtenir un bon résultat augmentera. On s’est préparés pour ça.

Gagner face à Zurich, actuel 2ème du championnat, ce serait un moyen idéal de gagner encore un peu plus en confiance…
Oui. Vous parlez de quelque chose d’important en évoquant ce terme de «confiance». J’espère que cette équipe ne la perdra jamais, peu importe ce qui se passe sur le terrain. Mais je suis aussi bien conscient que les résultats aident. Ils te font gagner en certitude, ils t’ont font mieux travailler et c’est ce qu’on recherche au quotidien.

CM
Thèmes liés à l'article
FootballSuper League
Catégories
Les articles les plus lus
A la Une