Paolo Tramezzani: «Nous devons prouver que Tourbillon est notre maison»

Paolo Tramezzani ©Keystone-ATS
Football
Christophe Moreillon
Journaliste sportif RP

Après avoir concédé trois défaites de suite, le FC Sion a stoppé sa série négative en allant s’imposer à Lugano le week-end dernier. De bon augure avant d’accueillir Bâle à Tourbillon où les Valaisans restent sur deux lourds revers.

Après plusieurs semaines tumultueuses, marquées par trois défaites et l’annonce des futurs départs du directeur général Massimo Cosentino et du vice-président Gelson Fernandes, le calme semble – enfin – être de retour dans le quotidien du FC Sion. L’entraîneur Paolo Tramezzani ne le cache pas, lui qui n’avait pas hésité à employer des mots forts avant le déplacement au Tessin le week-end dernier: «Cette victoire à Lugano nous a fait beaucoup de bien. Elle nous a permis de «nous retrouver» et nous en avions besoin. Il nous fallait une prestation de ce genre.»

Des certitudes retrouvées

Car oui, au-delà du résultat et de ce succès 3-1, c’est bien la prestation de son groupe dans son ensemble qui a plu au technicien transalpin. «Au Cornaredo, j’ai vu une équipe qui avait retrouvé des certitudes. Qui se montrait sûre d’elle en phase défensive. On n’a concédé que très peu d’occasions, on a su poser notre jeu et avoir la possession. Autant de choses que tu ne fais que si tu évolues en toute sérénité.» Reste cette question qui se répète au fil des semaines – ou des mois – à force de voir ce FC Sion enchaîner performances solides et trous noirs à répétition: que faire pour gagner en continuité?  «Le travail, l’application, l’envie de toujours faire plus, voilà les ingrédients qui sont selon moi à la base de tout», enchaîne Paolo Tramezzanni. «Certaines équipes ont quelque chose en plus que nous, il faut le reconnaître. Mais on a aussi montré que l’on était capable de les regarder dans les yeux. La clé pour gagner en constance se situe au niveau du mental.»

«Si notre marge sur Lucerne est suffisante pour être tranquilles? Tout dépend de notre lecture du classement.»Paolo Tramezzani

Le mental des troupes, justement, a pu être mis à mal par la pression qui s’intensifiait au fil des dernières semaines et à mesure que Lucerne se rapprochait au classement. En ce sens, la victoire obtenue à Lugano fait du bien. Elle a permis aux Sédunois de reprendre leur distance et de compter désormais neuf points d’avance sur le barragiste, à sept matches du terme de la saison. «Si cette marge est suffisante pour être tranquilles? Tout dépend de notre lecture du classement et de la situation», enchaîne le Mister. «Si je regarde en arrière, lorsque je suis arrivé en octobre, on peut être plus sereins aujourd’hui. Si l’on regarde encore plus en arrière, lors des dernières saisons, cela fait un moment que l’on n’a plus été dans une position si favorable. Mais en même temps, la réalité nous indique qu’il reste 21 points en jeu et que personne ne va rien lâcher derrière. À nous de rester attentifs jusqu’au bout pour éviter toute mauvaise surprise.»

Garder les pieds sur terre et ne surtout pas se voir trop beaux. Une nécessité à l’heure où les Valaisans s’apprêtent à défier tour à tour les trois premiers du classement. «Alors que l’on sort d’un match face au 4ème», ajoute Paolo Tramezzani. «Ce seront des rencontres difficiles mais on doit les aborder avec le plaisir de les jouer. Le plaisir de défier les meilleurs, ceux qui n’ont pas les mêmes objectifs que nous. À nous de nous préparer au mieux car ces trois journées seront importantes, peut-être même fondamentales.»

Les mêmes interprètes mais un football différent à Bâle

La première de ces trois rencontres est agendée à lundi dès 16h30 à Tourbillon. Le Transalpin et ses hommes accueilleront le FC Bâle. «Comme toujours, je m’attends à ce qu’ils tentent de prendre le jeu à leur compte. Mathématiquement, ils peuvent encore être champions et ils n’ont plus rien d’autre à jouer. Pas de Coupe de Suisse, pas de Coupe d’Europe. Ils vont donc tout donner jusqu’au bout dans ce championnat», prévient-il. «Nous avions fait un très bon match chez eux (ndlr: match nul 3-3) lors de notre dernier affrontement. Mais depuis, ils ont changé beaucoup de choses. Notamment en nommant un nouvel entraîneur. Ils ont peut-être les mêmes interprètes mais ils pratiquent un football différent, bien plus basé sur la possession. Pour espérer un résultat, il faudra être sérieux, disciplinés et ne surtout pas avoir peur d’eux.»

«La disponibilité et l’esprit de sacrifice sur le terrain doivent se retrouver peu importe le système de jeu.»Paolo Tramezzani

En somme, les Valaisans devront mettre les mêmes ingrédients face aux Rhénans, désormais dirigés par Guillermo Abascal, qu’à Lugano le week-end dernier. Le système en 3-5-2 retenu par Paolo Tramezzani au Cornaredo avait permis de faire déjouer les Tessinois. «Comme je le répète chaque semaine, on prépare ce match en travaillant davantage sur notre jeu que sur celui de l’adversaire. La semaine passée, Bua et Wesley jouaient en attaque lorsque nous avions le ballon et se transformaient en ailier lorsque nous le perdions. Cette disponibilité, cet esprit de sacrifice sur le terrain doivent se retrouver peu importe le système de jeu.»

Tramezzani changera-t-il une équipe qui gagne?

Le coach italien n’en dira pas plus sur ce qu’il compte mettre en place face aux Bâlois. Misera-t-il à nouveau sur une défense à trois ou repassera-t-il à un système à quatre derrière, plus souvent utilisé cette saison? L’interrogation demeure. Seule certitude: tous deux suspendus au Tessin, Filip Stojilkovic et Giovanni Sio seront à nouveau disponibles. Avec ces retours, difficile d’imaginer Paolo Tramezzani appliquer la fameuse formule disant qu’on ne change pas une équipe qui gagne. «Il se peut qu’il y ait des changements dans le 11», commente-t-il simplement.

«Nos supporters sont toujours derrière nous. Ils sont exceptionnels dans les tribunes.»Paolo Tramezzani

Si les Sédunois ont mis fin à leur série négative et se sont donnés un peu d’air le week-end dernier, une opération rachat les attend tout de même ce lundi. À domicile, ils restent sur deux défaites 3-0 concédées contre Lugano et Saint-Gall. «Ces deux résultats nous ont profondément déçus. Dans notre stade, on doit jouer d’une autre manière. En faire beaucoup plus. Tourbillon, c’est notre maison et nous devons le prouver. Nos supporters sont toujours derrière nous. Ils sont exceptionnels dans les tribunes. À nous de leur donner plus de satisfaction avec nos performances.»

Sion-Bâle, c’est donc lundi dès 16h30 à Tourbillon. Un match à suivre en direct sur Rhône FM.  

CM
Thèmes liés à l'article
FootballSuper LeagueFC Sion
Catégories
Dossier FC Sion