Paolo Tramezzani: «Évitons de céder à la panique»

Christophe Moreillon
Journaliste sportif RP

Six jours après y avoir concédé sa première défaite de la saison face à YB (0-3), le FC Sion retrouve Tourbillon samedi. Au menu: le premier derby de la saison face à Servette. Pour réagir, Paolo Tramezzani appelle ses joueurs à faire preuve de davantage d’attention et de confiance.

«Être plus performants à la maison pour faire comprendre aux adversaires que le déplacement à Tourbillon n’est pas une partie de plaisir.» C’était il y a deux semaines, lors de la conférence de presse d’avant-saison. L’entraîneur Paolo Tramezzani affirmait son objectif. Dimanche dernier pourtant, six minutes ont suffi à Young Boys pour envoyer balader ces bonnes intentions sédunoises. Trois cents secondes de jeu, deux buts de Kanga, rideau. Les Valaisans ont bien fait jeu égal avec les Bernois par la suite, ils ne sont jamais parvenus à réduire la marque, encaissant le 3-0 peu avant la fin du temps réglementaire. Première sortie à domicile, premier raté.

«Tout le travail accompli durant la semaine s’est envolé en six minutes.»Paolo Tramezzani

Quelques jours plus tard, Paolo Tramezzani peine toujours à digérer cette mise en route à retardement de son équipe. «Ces deux buts ont décidé du match. Tout le travail accompli durant la semaine s’est envolé.» Le Transalpin tient tout de même à relever du positif de ce duel face au grandissime favori au titre. «J’ai vu une équipe qui a tout fait pour rester dans le match, qui a montré de très bonnes choses. Les gars ont fait ce qu’ils devaient faire…sauf pendant ces six premières minutes. C’est vraiment regrettable.»

Mauvaise lecture des situations dangereuses

Peut-on expliquer un tel black-out, dès la deuxième journée de championnat et la première rencontre à la maison? «L’explication, c’est le foot qui te la donne», poursuit le technicien. «La clé de ce sport, c’est l’attention. Il faut en faire preuve davantage encore dans les premières et les dernières minutes du match. On n’a pas su lire correctement les situations dangereuses qui se sont présentées à nous. Que ce soit aussi bien le corner du premier but que le passage vers le centre sur le deuxième.»

«Parfois, une demi-occasion suffit aux grands joueurs et aux grandes équipes pour marquer.»Paolo Tramezzani

Plus que le résultat, c’est un constat qui convient d’être tiré. Le FC Sion a pu s’apercevoir de tout ce qui le séparait encore d’une formation habituée à jouer le haut de tableau. Les statistiques l’attestent: les deux équipes ont tiré autant de fois sur le but adverse. La possession de balle était répartie à part égale. La différence s’est finalement faite au niveau de l’efficacité. L’efficacité dans les deux surfaces. «Je suis d’accord», concède Paolo Tramezzani. «Parfois, une demi-occasion suffit aux grands joueurs et aux grandes équipes pour marquer. Leurs deux premiers buts en sont l’illustration parfaite.»

L’importance du mental

Pour se rapprocher au plus de ce qui se fait de mieux dans la ligue, l’Italien avance un autre élément que le simple travail effectué au quotidien à l’entraînement. «L’aspect mental est peut-être encore plus important. Il conditionne la performance de chaque joueur. Souvent, tu réussis facilement des choses à l’entraînement et une fois en match, ça se complique. Mais c’est le cas partout, pas seulement à Sion. Il faut vraiment éviter de céder à la panique.» Pour illustrer ses propos, le Mister s’appuie sur le jeu offensif de son équipe. «On ne peut pas dire que l’on ne se crée pas d’occasions. Il faut juste que l’on trouve ou que l’on retrouve une certaine sérénité face au but adverse. On ne doit pas penser qu’il faut marquer à tout prix et que la moindre occasion manquée va précipiter notre défaite. Il faut que l’on reste confiant, que l’on reste convaincu de ce que l’on sait faire. La force mentale d’un groupe, c’est ça.»

«Les cinq buts encaissés depuis le début de la saison viennent d’erreurs de notre part. C’est préoccupant.»Paolo Tramezzani

De la force mentale, les Sédunois devront également en faire preuve en zone défensive. Après deux rencontres de championnat – et malgré l’engagement du meilleur gardien de la dernière saison – ils ont déjà concédé cinq buts. «Ce qui est préoccupant, c’est que tous sont nés sur des erreurs de notre part. Un goal, ça se protège. L’envie de ne pas encaisser doit se ressentir dès le coup d’envoi. La partie de dimanche passé en est l’exemple flagrant. Sans ces deux premiers buts, elle aurait pu être complètement différente.»

Balotelli: la mauvaise priorité du mercato?

Alors que le feuilleton Mario Balotelli agite Tourbillon depuis de longues semaines déjà, la priorité du recrutement ne devrait-elle pas être mise ailleurs? Vers ce secteur défensif dépouillé cet été et dans lequel Paolo Tramezzani nous disait déjà avant la reprise attendre des renforts? Interrogé sur la question, le Transalpin botte en touche. «Tout ce que j’ai à dire, c’est qu’on est en contact tous les jours avec les dirigeants concernant le recrutement. Et on est d’accord sur un point: les choses ne doivent pas se faire de force. Le mercato est long donc on ne veut pas se précipiter. J’attends d’accueillir de nouveaux profils dans mon équipe, bien sûr, mais je n’ai pas besoin non plus de voir débarquer une multitude de nouvelles têtes.»

«Mes joueurs donneront tout. Chacun sait ce que représente cette rivalité avec Servette.»Paolo Tramezzani

En attendant l’avancée de l’un ou l’autre dossier sur le mercato, le FC Sion retrouve Tourbillon ce samedi à l’occasion du premier derby du Rhône de la saison face à Servette. Une affiche qui semble idéale pour réagir et renouer tout de suite avec le chemin de la victoire. «Le derby, c’est le derby», souffle Paolo Tramezzani. «Au-delà de notre forme du moment ou de celle de l’adversaire, c’est une partie spéciale. Qui est belle à préparer, belle à vivre. Tout le monde est impatient de la jouer. Je suis convaincu que mes joueurs donneront tout. Chacun sait ce que représente cette rivalité avec Servette.»

Face à Servette, Sion devra faire le jeu

Invaincus depuis le début de l’exercice – victoire face à St.Gall et nul à Bâle – les Grenat se sont à chaque fois présentés avec un bloc bas sur le terrain. À deux reprises, leur possession de balle se montait à moins de 40%. «Face à eux, on devrait avoir l’occasion de contrôler le rythme de la partie. On devra prendre le jeu à notre compte tout en nous méfiant de leur capacité à frapper en contre.» Après avoir aligné le même onze de base à Lugano et contre YB, le Transalpin envisage-t-il des changements à l’heure d’accueillir Servette? «Je n’ai pas encore finalisé mes choix mais la base restera sensiblement la même. Si des changements se feront au coup d’envoi ou plutôt durant la partie, on le verra samedi.»

Ce premier derby du Rhône de l’exercice entre Sion et Servette sera évidemment à suivre en direct dès 20h30 sur Rhône FM.

Catégories