Paolo Tramezzani: «En affrontant Zurich, on joue contre les meilleurs»

Justin Grept
Responsable des sports

Le FC Sion se frotte au FC Zurich, champion de Suisse en titre, dimanche (14h15). Injouable la saison dernière, la formation alémanique peine en ce début de championnat. Au point d'occuper actuellement la place de lanterne rouge.

Le FC Sion se déplace dimanche sur la pelouse du champion de Suisse en titre. Pour le compte de la quatrième journée de Super League, les Valaisans affrontent Zurich au Letzigrund (14h15). Actuelle lanterne rouge de Super League – avec un point pris en trois journées –, la formation alémanique digère mal son succès du printemps passé. 

«Nous ne voulons pas être l’équipe qui va relancer le FC Zurich.» Denis-Will Poha, milieu du FC Sion

En quête d’une deuxième victoire cette saison, le FC Sion a d’ailleurs comme objectif de la maintenir en eaux troubles. «Nous ne voulons pas être l’équipe qui va les relancer», martèle le milieu de terrain sédunois Denis-Will Poha à trois jours de l’affrontement. «Il faut aborder le match avec la ferme intention d’augmenter encore l’écart de points entre eux et nous.» 

Un classement qui «ne dit pas la vérité»  

Pour cela, il sera important de faire preuve de prudence et de ne pas s’attendre à une partie facile, assure le coach Paolo Tramezzani. «En affrontant Zurich, on joue contre les meilleurs; contre une équipe qui a survolé le championnat l’an dernier. Ils étaient plus forts que tout le monde sur tous les plans. Le fait qu’ils aient changé d’entraîneur ou changé quelques joueurs ne change pas leur équipe. Ce sont les champions, ils jouent bien, ils ont des joueurs d’expérience qui connaissent leurs capacités. Le classement actuel ne dit pas la vérité. Zurich se retrouvera à nouveau à jouer le haut du tableau.»

«On est petits, on vient d’un petit canton, d’une petite ville et on joue contre les grands. Cette confrontation me plait.» Paolo Tramezzani, coach du FC Sion 

Et l’entraineur transalpin de poursuivre: «Pour nous, ce sera un bon test. La saison dernière, on a selon moi été meilleurs qu’eux à Tourbillon. En revanche, à l’extérieur, ils nous ont mis onze buts. On verra si on est parvenus à réduire l’écart cette saison, si on peut les regarder dans les yeux. C’est un match important que l’on veut jouer sans peur, sans crainte. On est petits, on vient d’un petit canton, d’une petite ville et on joue contre les grands. Cette confrontation me plait. C’est un match que l’on doit jouer sérieusement, avec la tête haute. On doit tout donner pour tenter de ramener quelque chose à la maison…même depuis Zurich.»

En quête de continuité

L’optimisme de Paolo Tramezzani se nourrit d'un début de championnat qu’il estime réussi. «L’équipe progresse et ça me fait plaisir. On fait simplement ce que l’on est en mesure de faire. Le groupe travaille bien et le but est de l’améliorer encore avec le temps. Tous mes joueurs ont envie de grandir, ils veulent faire une belle saison. Cet esprit, je le ressens aujourd’hui. Après, je sais que le championnat est encore long et le passé nous a enseigné que l’on doit trouver de la continuité, de la régularité. Si on y parvient, je suis convaincu que cette saison peut être importante pour nous.» 

«Je sais que notre manque de réalisme pèse sur mes attaquants. Un attaquant vit pour marquer.» Paolo Tramezzani, coach du FC Sion 

Autre élément déterminant pour «trouver de la continuité»: se montrer plus réaliste devant le but adverse. Le Mister en est conscient: «Je vous dis la vérité, tout le monde travaille énormément. Surtout les joueurs offensifs. On essaie de les mettre dans de bonnes conditions. De faire en sorte qu’ils puissent s’exprimer et se montrer dangereux. Après, vous le savez très bien, parfois tu peux jouer avec les mains et tu ne la mets pas au fond et d’autres fois, tu ne t’y attends pas et tu marques deux fois. Je me réjouis que ce moment où l’on marque arrive. Surtout pour mes attaquants car je sais que ça leur pèse. Un attaquant vit pour marquer. Le travail sur le terrain doit s’accompagner d’un travail mental. Il faut rassurer les gars qui sont devant. Qu’ils comprennent qu’ils ne doivent pas seulement joueur pour les goals car dans ce cas-là, ils n’arriveront jamais. On a des occasions à chaque match et la loi des statistiques veut que les buts arrivent tôt ou tard.» 

Paolo Tramezzani refuse de résumer tous les maux du début de saison à ce seul manque de réalisme. «Si on se dit cela, on risquerait d’oublier de travailler sur les autres points. Indépendamment de l’arrivée ou non d’un nouveau joueur, tous ceux qui sont là peuvent encore s’améliorer.» Et pourquoi pas dimanche au Letzigrund. Zurich-Sion, quatrième journée du championnat de Super League, une partie à suivre en direct sur Rhône FM dès 14h15.

JG/CM
Thèmes liés à l'article
Catégories