Obligation de porter un masque FFP2 à l'armée

Le masque FFP2 est jugé plus adapté pour l'armée (ici Mathias Tuescher, commandant de la division territoriale 1). ©KEYSTONE/JEAN-CHRISTOPHE BOTT
Coronavirus
Keystone-ATS
Keystone-ATS

L'armée suisse oblige désormais ses membres et collaborateurs, depuis début janvier, à porter un masque FFP2 dans les espaces clos. Cette protection est jugée plus efficace que celle offerte par les masques chirurgicaux par exemple.

L'obligation du port du FFP2 concerne les membres de l'armée ainsi que les employés du Groupement de la Défense, pour autant qu'ils ne soient pas en télétravail. Elle a été imposée par le médecin en chef, le divisionnaire Andreas Stettbacher, en raison de la forte contagiosité du variant Omicron du coronavirus, a confirmé lundi à Keystone-ATS un porte-parole de l'armée, suite à une information de CH-Media.

La mesure concerne d'abord les lieux fermés mais vaut aussi à l'extérieur si un écart de deux mètres au moins ne peut pas être respecté entre les personnes.

Avec cette obligation, l'armée va plus loin que l'Office fédéral de la santé publique (OFSP), qui a exprimé des réserves récemment en estimant que les FFP2, s'ils étaient mal portés, pouvaient perdre beaucoup en efficacité.

L'armée justifie ses mesures par le fait qu'en son sein, les hommes travaillent souvent proches les uns des autres.

Selon la Task Force de la Confédération, une fois correctement mis, les masques FFP2 protègent jusqu'à 70 fois plus que les masques hygiéniques contre une infection au Covid-19. La respiration s'avère cependant plus difficile.

ATS
Les articles les plus lus