Ni homme, ni femme : Gaé de l'association Alpagai se revendique "IEL" et témoigne

Gaé Colussi ©Rhône FM
Portrait
Thomas Schurch
Journaliste RP

C'est un mot nouveau de la langue française et il suscite de nombreuses réactions: le pronom "iel" se veut la contraction de "il" et de "elle". Rhône FM vous propose le témoignage d'une personnalité valaisanne qui se revendique "iel"… Ni homme ni femme.

Le terme "IEL" est un néologisme entré dans le dictionnaire fin 2021. Cette contraction de "Il" et de "Elle", a pour but d'évoquer une personne sans faire mention de son sexe. Selon la Haute école zurichoise des sciences appliquée, il aura fortement marqué l'année 2021, davantage que les mots "précarités" et "variants", pourtant très en vogue en ces temps de pandémie, comme le mentionne la RTS dans un article de décembre dernier.. 

"La grammaire de langue française est très binaire, très "homme-femme"... Le pronom iel permet une nouvelle neutralité" Gaé Colussi

"Le mot iel me correspond", déclare Gaé Colussi

Reste que son apparition a suscité de nombreuses réactions dans le monde francophone. Certains y voient une dictature de la pensée, incarnée dans l'apparition de ces nouveaux mots.

"Ce n'est pas parce que la personne a l'air d'un homme, qu'elle en est un" Gaé Colussi

"Homme, femme ? Posez-lui la question"

Mais pour d'autres, le mot iel doit permettre à des personnes de vivre plus facilement leur identité. Nous vous proposons d'écouter le témoignage de Gaé Colussi, en charge de la co-présidence de l'association valaisanne Alpagai. Gaé Colussi se revendique "iel". Son parcours, ses difficultés, le quotidien en Valais. Notre reportage ci-dessous :

Ni il, ni elle ! Gaé se vit parfaitement avec le pronom "IEL"
TS
Thèmes liés à l'article
Gaé ColussiAlpagay
Catégories
Les articles les plus lus