Nette majorité rose-verte maintenue à l'exécutif de Zurich

Les huit municipaux qui se représentaient ont été réélus. La socialiste Simone Brander (6e depuis la gauche) a conquis le siège laissé vacant par le représentant de la gauche alternative Richard Wolff. Infecté au Covid, le sortant Raphael Golta n'... ©KEYSTONE/ENNIO LEANZA
Elections com..
Keystone-ATS
Keystone-ATS

Le rapport de forces entre la gauche nettement majoritaire et la droite reste inchangé à l'exécutif de Zurich. Aux élections communales, le PS a récupéré son quatrième siège cédé en 2018. La gauche alternative perd son mandat. Le PLR sauve les deux siens de justesse.

Réélue maire dimanche en l'absence d'adversaire après 13 ans de mandat, la socialiste Corine Mauch est aussi, avec 63'662 suffrages, de loin la mieux élue à l'exécutif composé de neuf sièges. Ses collègues sortants du camp rose-vert suivent dans l'ordre suivant: Daniel Leupi (Verts/56'290 voix), André Odermatt (PS/54'126), Raphael Golta (PS/53'525) et Karin Rykart (Verts/50'863).

Passionaria de la mobilité douce, la cheffe du groupe socialiste au législatif Simone Brander permet à son parti de récupérer son quatrième siège à l'exécutif en obtenant 46'732 voix. Il y a quatre ans, une conseillère municipale sortante du PS s'était retirée de la course à la dernière minute. Elle était contestée au sein de son propre dicastère et présentait un bilan défavorable à la tête des hôpitaux de la ville.

Suspens pour les sortants du PLR

Le représentant des Vert'libéraux Andreas Hauri est réélu en septième position avec 44'166 voix. Les deux libéraux-radicaux ferment la marche parmi les élus. Filippo Leutenegger (43'252 voix) et Michael Baumer (42'007) sont reconduits de justesse pour un nouveau mandat.

Ce dernier a même dû trembler jusqu'au résultat du dernier arrondissement pour être certain de sa réélection. Dans l'après-midi, il avait d'abord été devancé par le candidat de la gauche alternative (AL), Walter Angst. Dixième à 1200 voix de Michael Baumer, ce dernier échoue finalement dans sa tentative de sauver le siège de son parti, laissé vacant par Richard Wolff qui ne se représentait pas.

Grève du climat: pas de sensation

Les Verts n'ont pas réussi à créer la sensation: leur troisième candidat, Dominik Waser, âgé de 24 ans et militant de la Grève du climat, s'est classé en onzième position à quelque 6300 voix du neuvième. La troisième candidate du PLR s'est, elle classée douzième et le candidat du Centre treizième.

Le taux de participation au scrutin a atteint 43,6%. L'exécutif est désormais composé de la manière suivante: quatre socialistes, deux verts, deux libéraux-radicaux et un vert'libéral.

Parlement: pertes du PS, poussée écolo

Au parlement de la ville, la majorité absolue de la gauche est affaiblie mais maintenue de justesse. Elle passe de 69 sièges à 63, sur 125 mandats.

Plus grand parti de la ville, le PS (28,22% des voix) perd des plumes au profit des Verts (14,11%) et des Vert'libéraux (12,98%). La gauche alternative recule quelque peu (6,35%), alors que le PLR (17,48%) réalise des gains au détriment de l'UDC (11,46%). Il renforce ainsi sa position de deuxième formation politique sur les bords de la Limmat.

Le Centre (4,42%) fait, lui son retour en atteignant le quorum, alors que le PDC avait été éjecté du législatif, il y a quatre ans. Les Evangéliques (2,78%) ont également obtenu suffisamment de voix dans un arrondissement pour être représentés au parlement.

Les opposants aux mesures anti-pandémiques ont aussi fait campagne en présentant leurs propres candidats. Aucun d'entre eux n'a cependant été élu. Leur "Freie Liste Züri" ("Liste libre Zurich") n'a obtenu que 1,4%.

ATS
Catégories