Moscou frappe une usine militaire, avertissement de Zelensky

Volodymyr Zelensky a prévenu que "l'élimination" par les forces russes des militaires ukrainiens toujours présents à Marioupol "mettrait fin à toute négociation de paix" avec la Russie. ©KEYSTONE/AP
Ukraine
Keystone-ATS
Keystone-ATS

La Russie, qui avait averti qu'elle pourrait à nouveau s'en prendre à Kiev, a bombardé samedi une deuxième usine d'armement. Le président Volodymyr Zelensky a lui menacé d'arrêter les négociations de paix si les soldats ukrainiens dans Marioupol étaient "éliminés".

Dans ce port stratégique du sud-est de l'Ukraine, "il n'y a ni nourriture, ni eau, ni médicaments", s'est emporté dans un entretien avec des médias le chef de l'Etat ukrainien, accusant les Russes de "refuser" la mise en place de couloirs humanitaires.

En termes de bilan humain, "Marioupol, cela peut être dix fois Borodianka", une localité située non loin de Kiev détruite après avoir été pilonnée et théâtre d'exactions présumées pendant son occupation, a-t-il martelé.

Dans ce contexte, Volodymyr Zelensky a prévenu que "l'élimination" par les forces russes des militaires ukrainiens toujours présents dans cette cité des bords de la mer d'Azov, qui comptait 441'000 habitants avant la guerre, "mettrait fin à toute négociation de paix" avec la Russie.

"Les restes du groupe (de combattants) ukrainiens (à Marioupol) sont actuellement complètement bloqués sur le site de l'usine métallurgique Azovstal. Leur seule chance de sauver leur vie est de déposer volontairement leurs armes et de se rendre", a de son côté déclaré samedi Igor Konachenkov, le porte-parole du ministère russe de la Défense.

Usine ciblée

Une personne a été tuée et "plusieurs" ont dû être hospitalisées à la suite de la frappe samedi contre un complexe industriel du quartier de Darnytsky, dans la périphérie de Kiev, qui fabrique notamment des chars, a annoncé le maire de la capitale, Vitali Klitschko.

Un grand nombre de militaires et de policiers étaient présents sur place après l'attaque, empêchant l'accès à ces installations, d'où s'échappait de la fumée, a raconté un journaliste de l'AFP. La Russie a pour sa part affirmé que "des bâtiments de production d'une usine d'armement à Kiev" avaient été détruits.

Déjà la veille, une frappe russe avait touché un complexe de la région de la capitale produisant les missiles antinavires Neptune, avec lesquels les Ukrainiens disent avoir coulé le Moskva, le fleuron de la flotte russe de la mer Noire.

Une version que les autorités russes n'ont pas officiellement entérinée, évoquant simplement un incendie provoqué par l'explosion de munitions à bord de ce bâtiment.

Le ministère russe de la Défense a à ce sujet diffusé samedi une vidéo d'une trentaine de secondes présentée comme montrant une rencontre entre le chef de la marine, l'amiral Nikolaï Iévménov, et des rescapés du naufrage du croiseur.

Il s'agit des premières images de membres présumés de l'équipage du Moskva depuis qu'il a sombré.

Kiev à nouveau prise pour cible

Kiev et ses environs avaient été relativement épargnés par les bombardements depuis le retrait de l'armée russe de cette zone fin mars, mais la perte jeudi du Moskva, touché par deux missiles ukrainiens selon le Pentagone, a provoqué la colère de Moscou.

"Nous sommes parfaitement conscients qu'on ne nous pardonnera pas" la destruction du Moskva et donc ce coup porté aux "ambitions impériales" de la Russie, avait à cet égard pressenti vendredi la porte-parole du commandement militaire du sud de l'Ukraine, Natalia Goumeniouk.

"Le nombre et l'ampleur des frappes de missiles sur des sites de Kiev vont augmenter en réplique à toutes les attaques de type terroriste et aux sabotages effectués en territoire russe par le régime nationaliste de Kiev", avait mis en garde le même jour l'armée russe.

Face à cette situation, le maire de la capitale a une nouvelle fois appelé ses concitoyens partis à ne pas retourner à Kiev, dont la population a malgré tout massivement profité de la première journée radieuse de printemps vendredi pour se promener ou prendre un verre en terrasse.

Raffinerie de pétrole touchée

Les forces russes ont en outre bombardé samedi une raffinerie de pétrole dans l'est de l'Ukraine, à quatre kilomètres de Lyssytchansk, tout près de la ligne de front, ont déclaré les autorités locales.

Le gouverneur de la région de Lougansk, Serguiï Gaïdaï, a appelé ses habitants à partir. "Tant qu'il y a une opportunité, évacuez", a-t-il écrit sur Telegram.

L'Ukraine a par ailleurs affirmé avoir détruit samedi matin quatre missiles de croisière tirés par des avions russes qui ont décollé du Bélarus voisin sur la région de Lviv, dans l'ouest.

Dans la nuit de vendredi à samedi, le maire d'Aleksandria, à environ 300 km au sud-est de Kiev, a déclaré qu'un missile russe avait frappé l'aéroport de sa ville, sans faire dans l'immédiat état de victimes.

Dans la région méridionale ukrainienne d'Odessa, "la défense antiaérienne russe a abattu en vol un avion de transport militaire ukrainien, livrant un important lot d'armes fournies à l'Ukraine par des pays occidentaux", a de son côté affirmé samedi le ministère russe de la Défense.

Pertes ukrainiennes

Volodymyr Zelensky a de nouveau appelé samedi le monde à "se préparer" en vue de l'éventuelle utilisation par la Russie de ses armes nucléaires, au cours d'un entretien avec plusieurs médias ukrainiens. "Il faut "des médicaments (contre les radiations), des abris antiaériens", a-t-il lâché.

Selon lui, environ 2500 à 3000 soldats ukrainiens sont morts et une dizaine de milliers ont été blessés depuis le début de la guerre.

La vice-Première ministre ukrainienne, Iryna Verechtchouk, a souligné que la Russie détenait 1000 civils et 700 militaires ukrainiens faits prisonniers, l'Ukraine ayant capturé environ 700 soldats russes.

Dans un message vidéo, M. Zelensky a par ailleurs réitéré son appel aux Occidentaux à augmenter leur aide militaire. A l'occasion d'un échange téléphonique avec le chef d'état-major des armées américaines Mark Milley, son homologue ukrainien Valery Zaluzhny a lui aussi insisté sur le besoin impérieux en armes et en munitions.

Mais, d'après le Washington Post, la Russie a adressé cette semaine aux Etats-Unis une plainte officielle mettant en garde le gouvernement américain contre des "conséquences imprévisibles" si son assistance militaire à l'Ukraine continuait d'augmenter.

Quant au Premier ministre britannique Boris Johnson et à plusieurs autres hauts responsables, la Russie a déclaré samedi qu'ils étaient interdits d'entrée sur son sol, en réponse aux sanctions britanniques envers Moscou en raison de son opération militaire en Ukraine.

ATS
Les articles les plus lus