Migros ouvre la consultation sur la vente d'alcool

migros_visp_-_c_didier_berard
Commerce de d..
Keystone-ATS
Keystone-ATS

Ce samedi, Migros entame les discussions de fonds sur la question sensible de la vente d'alcool dans ses succursales. Au final, les 2,2 millions de membres de la coopérative auront leur mot à dire.

Jusqu'à présent, les statuts de la Migros interdisent la vente d'alcool dans les succursales du géant orange. Le fondateur Gottlieb Duttweiler voulait s'assurer que son modèle d'affaires, basé sur des prix bas grâce à de faibles marges, n'encouragerait pas la dépendance à l'alcool, selon le site internet du distributeur.

Mais le groupe contourne cette règle depuis des années. On peut trouver de l'alcool et même parfois des cigarettes chez Denner, filiale de Migros, dans les Migrolino, sur la plateforme internet leshop.ch, dans les stations services Migrol et dans les magasins partenaires VOI.

Les derniers bastions sans alcool

La question concerne désormais les succursales Migros. Cinq délégués de la Fédération des coopératives Migros (FCM) ont proposé à l'assemblée des délégués de modifier les statuts afin d'abolir l'interdiction sur l'alcool. Les membres de la coopérative devraient ensuite se prononcer.

Si deux tiers des délégués votent en faveur de cette mesure, il reviendra en décembre dans une deuxième étape à l'Administration et aux dix coopératives régionales de se prononcer. A nouveau, il faudra que des majorités des deux tiers sortent dans chacun de ces organes avant que la base des coopérateurs puisse voter à son tour. Ces votes, s'ils ont lieu, sont prévus le 4 juin 2022.

Les coopératives régionales qui se seront prononcées à plus de deux tiers en faveur de la levée de l'interdiction pourront autoriser leurs points de vente à proposer des boissons alcoolisées. Cela pourrait venir dès l'année prochaine.

Suspense

Il n'est toutefois pas du tout sûr que les coopérateurs et coopératrices votent au final en faveur de la levée de l'interdiction. Pour l'ancien directeur financier de Migros, Mario Bonorand, il s'agit d'une question sacrée qu'il imagine mal être remise en question.

Les valeurs de Gottlieb Duttweiler sont toujours très fortes, a-t-il déclaré dans une interview aux journaux du groupe alémanique CH Media. Cela touche autant le Pour-cent culturel que la renonciation à la vente d'alcool et de tabac.

De nombreux délégués se considèrent comme les gardiens de la vision de Gottlieb Duttweiler. Des majorités assez nettes se sont déjà prononcées contre la levée de l'interdiction dans des sondages du Blick et des journaux de CH Media.

S'adapter à l'époque

Pour l'ancien patron de Migros, Anton Scherrer, en revanche, le fait de renoncer à l'alcool n'est "plus le point d'ancrage de Migros". "Il faut tenir compte de l'esprit du temps", eu égard aussi aux jeunes, selon lui. Pour Migros, le business serait de toute façon lucratif. Selon Mario Bonorand, le chiffre d'affaires pourrait augmenter de 1,5 à 2 milliards de francs.

La Croix-Bleue Suisse met elle en garde: si la Migros ouvre la porte à la levée de la vente d'alcool samedi, elle risque de perdre sa réputation de distributeur socialement responsable, a-t-elle écrit à deux jours de la réunion.

ATS
Catégories
Les articles les plus lus