Migrants: le Bélarus menace de riposter à toute sanction européenne

Les migrants tentent de se réchauffer comme ils le peuvent, à la frontière entre la Piol.ogne et le Bélarus où le mercure affiche zéro degré. ©KEYSTONE/AP/Ramil Nasibulin
Migration
Keystone-ATS
Keystone-ATS

Le Bélarus a menacé jeudi de riposter à d'éventuelles sanctions européennes en lien avec la crise à sa frontière avec la Pologne. Quelques milliers de migrants sont bloqués dans des conditions difficiles. Interpellé, Moscou renvoie la balle à l'UE.

Sur le terrain, l'inquiétude se cristallise sur le sort de plus de 2000 personnes bloquées dans un camp de fortune côté bélarusse, où elles se réchauffent en brûlant du bois pour supporter des températures proches de 0°C.

Une "aide humanitaire d'urgence", notamment des couvertures, des vêtements chauds et des couches, a pu leur être acheminée jeudi, a indiqué un porte-parole du Haut-Commissariat de l'ONU pour les réfugiés (HCR).

Mesures punitives annoncées

Bruxelles, où cette situation a réveillé la crainte d'une vague migratoire similaire à celle de 2015, accuse le régime bélarusse d'Alexandre Loukachenko d'avoir orchestré cet afflux pour se venger de sanctions occidentales, et a annoncé la prise de nouvelles mesures punitives la semaine prochaine.

Aux Nations Unies, à New York, les membres européens et américain du Conseil de sécurité ont condamné dans une déclaration conjointe une "instrumentalisation orchestrée d'être humains" par le Belarus afin de "déstabiliser la frontière extérieure de l'Union européenne".

Mais le président bélarusse a adressé jeudi une mise en garde à l'Union européenne, menaçant de "répondre" à toute nouvelle sanction. Selon un communiqué, il a notamment évoqué la possibilité de suspendre le fonctionnement du gazoduc Yamal-Europe qui traverse le Bélarus et livre du gaz russe vital aux Européens, en pleine crise énergétique.

La cheffe de l'opposition bélarusse Svetlana Tikhanovskaïa, qui vit en exil, a qualifié de "bluff" cette menace. "Ce serait plus dommageable pour lui, pour le Bélarus, que pour l'UE et je peux supposer que c'est du bluff", a-t-elle déclaré à l'AFP lors d'une interview à Berlin, ajoutant ne plus croire à une résolution de la crise par voie diplomatique.

Le ministre bélarusse des Affaires étrangères, Vladimir Makeï, avait appelé un peu plus tôt l'UE au dialogue, affirmant que Minsk était favorable à un règlement de cette crise "dans les plus brefs délais".

Bruxelles accuse le gouvernement du Bélarus d'attirer les candidats à l'exil en leur offrant des visas et en affrétant des vols, puis de les acheminer à la frontière polonaise.

Moscou, la "solution"?

Face à cette impasse, l'UE et l'Allemagne ont appelé mercredi la Russie, principal soutien de Minsk, à intervenir. La chancelière allemande Angela Merkel a exhorté le président russe Vladimir Poutine à "user de son influence" auprès d'Alexandre Loukachenko pour mettre fin à ce qu'elle a qualifié d'instrumentalisation "inhumaine" des migrants.

Lors d'un deuxième entretien, jeudi, avec Mme Merkel, M.Poutine a déclaré que le règlement de cette grave crise migratoire ne passera que par le "rétablissement des contacts entre les pays de l'UE et le Bélarus", précise un communiqué du Kremlin, tandis que deux bombardiers stratégiques russes Tu-160 ont effectué des patrouilles dans le ciel bélarusse.

Paris a estimé jeudi que la Russie était "une partie de la solution, puisque la dépendance de la Biélorussie à Moscou est de plus en plus forte", notamment sur le plan économique et politico-militaire.

"Guerre d'un genre nouveau"

Confrontée à un afflux grandissant de migrants à sa frontière, notamment des Kurdes du Proche-Orient, la Pologne, qui désigne Moscou comme le vrai instigateur de cette crise, y a déployé 15'000 militaires, érigé une clôture surmontée de fil de fer barbelé et approuvé la construction d'un mur.

Le premier ministre polonais Mateusz Morawiecki a estimé jeudi que son pays était la cible d'une "guerre d'un genre nouveau". Cette fois, "les munitions (utilisées) sont des civils", a-t-il déclaré dans un communiqué publié à l'occasion de la fête nationale de l'Indépendance polonaise.

Les gardes-frontières polonais ont fait état jeudi de 468 nouvelles tentatives de traversée pendant la nuit écoulée. Le vice-ministre polonais de l'Intérieur, Bartosz Grodecki, a précisé qu'un groupe de "150 personnes" avait tenté de "forcer la frontière".

Depuis août, la Pologne a enregistré au total plus de 32'000 tentatives d'entrée illégale sur son territoire, dont 17'300 au mois d'octobre. Selon le quotidien polonais Gazeta Wyborcza, 10 personnes sont mortes dans la zone frontalière depuis le début de cette crise.

La Lituanie, qui a elle aussi vu des migrants arriver à sa frontière avec le Bélarus, a plaidé jeudi pour la création d'un "corridor humanitaire" pour évacuer les migrants vers la ville bélarusse de Grodno, dotée d'un aéroport, d'où ils pourraient être renvoyés "chez eux".

Redoutant d'être entraîné dans la crise, l'Ukraine, autre pays voisin du Bélarus, a annoncé jeudi le déploiement de 8500 militaires supplémentaires à la frontière.

ATS