Michaël Perrier, la retraite comme choix du cœur

Michaël Perrier ©Rhône FM
Football
Justin Grept
Responsable des sports

Victime d’un arrêt cardiaque en mai dernier qui l’a plongé quatre jours dans le coma, le miraculé Michaël Perrier travaillait depuis à son retour. Les espoirs du footballeur sont aujourd’hui réduits à néant. Le Nendard prend sa retraite à 32 ans.

«Je suis fier de mon parcours. Il n’est pas exceptionnel, il est discret, presque bon. Et ça reste un parcours de professionnel.» Après seize années dans l’élite, Michaël Perrier met un terme à sa carrière de footballeur. Le Nendard est contraint de prendre cette décision, six mois après un accident cardiaque qui aurait pu lui coûter la vie. «Ces dernières semaines, j’étais de retour à l’entrainement. Et même si les séances n’ont jamais été faites à haute fréquence, j’y ai cru. J’ai espéré pouvoir rejouer.»

Un risque trop élevé

Un espoir balayé par les cardiologues. Et par le spécialiste en médecines alternatives qu’il a consulté en deuxième avis. «Je souffre encore d’une légère inflammation et d’une cicatrice au cœur. J’ai longuement discuté de ces résultats avec ma femme. On a décidé ensemble que j’allais arrêter le foot de haut niveau.» Le risque est trop élevé, l’enjeu trop grand. A 32 ans, celui qui est établi au Bouveret a des projets plus importants que de refouler les terrains. «Ma priorité aujourd’hui est ma famille, notre petite fille, ma femme. Désormais, j’aurai les week-ends de libre pour profiter de moments avec elles et m’épanouir en tant que père.»

«Ma priorité aujourd’hui est ma famille, notre petite fille, ma femme.» Michaël Perrier, néo-retraité

L’homme parait certain de son choix. Il reconnait pourtant qu’il n’a pas été simple. «Ça fait plusieurs années que je réfléchis à ma reconversion et que j’investis du temps et de l’énergie dans une formation de physiothérapeute. Mais la décision a été compliquée à accepter. Avant l’accident, je m’imaginais volontiers jouer encore deux ou trois ans.» Son cœur en a décidé autrement, obligeant Michaël Perrier a bouclé une carrière qui l’a vu transiter par le Tessin (Lugano, Chiasso et Bellinzone), le FC Sion, Aarau et le Stade Lausanne Ouchy. Pour un total de 316 matches en Challenge League et 42 en Super League (tous sous le maillot valaisan). «Quand j’étais jeune, j’avais deux rêves: celui de jouer en première division et celui d’évoluer à l’étranger. Le FC Sion m’a permis de réaliser le premier.»

«La décision a été compliquée à accepter. Avant l’accident, je m’imaginais volontiers jouer encore deux ou trois ans.» Michaël Perrier, néo-retraité

Et aussi de vivre son plus beau moment sur un terrain. «Battre  le FC Bâle en finale de Coupe en 2015, c’était grandiose. J’ai même pu entrer en jeu quelques minutes… les émotions étaient incroyables! J’ai vraiment profité de chaque instant. Je me souviens que je m’ordonnais de le faire, en me disant que c’était peut-être la dernière fois que j’avais l’opportunité de jouer une finale de coupe. Malheureusement, ce fut bel et bien le cas (rires). De manière générale, je n’ai aucun regret par rapport à ce que j’ai accompli durant mon parcours.»  

Formation de physio bientôt achevée

La vie de Michaël Perrier sera désormais rythmée par son travail de physiothérapeute. «J’ai défendu mon travail de Bachelor et bouclé la théorie. Il me reste trois mois de stage à effectuer pour obtenir mon diplôme. J’ai hâte, je sais que ça me permettra de m’ouvrir des portes dans ce milieu et de me fixer des objectifs, comme je le faisais en tant que footballeur.» Son (très récent) passé de sportif d’élite sera évidemment un atout dans ce nouveau domaine d’activité. «C’est certain que l’expérience de certaines blessures sur mon propre corps va m’aider. Parfois, quand un patient arrive et me parle d’une douleur, je la connais parfaitement. L’échange est donc facilité.»  

La reconversion également, semble-t-il. Qu’il parle de la finale de Coupe de Suisse ou de sa future activité de physio, la même passion se lit dans les yeux de Michaël Perrier. De bon augure pour sa nouvelle vie.

JG
Thèmes liés à l'article
FootballMichaël Perrier
Catégories
Les articles les plus lus