Marches contre la loi Covid à Lausanne et Zurich avant le scrutin

A Lausanne et à Zurich (ici en photo), les opposants à la loi Covid se sont rassemblés samedi après-midi pour une dernière grande manifestation avant le scrutin du 28 novembre. ©KEYSTONE/MICHAEL BUHOLZER
Coronavirus
Keystone-ATS
Keystone-ATS

Les opposants à la loi Covid ont manifesté samedi après-midi à Lausanne et à Zurich, en une dernière grande action de protestation avant la votation du 28 novembre. Dans la capitale vaudoise, le défilé emmené par les "Freiheitstrychler" s'est déroulé sans incident.

A Lausanne, les désormais traditionnels sonneurs de cloches et Action Suisse avaient convoqué les manifestants dès 14h30. La manifestation autorisée a rassemblé entre 1000 et 1500 personnes, selon les estimations de la police municipale, contactée par Keystone-ATS.

Parti de la place de la Gare, le cortège mêlait divers mouvements, tous opposés aux mesures de lutte contre le Covid-19, tels que "non au durcissement dangereux de la loi Covid", "sifflons.ch" ou encore le "collectifparents.ch". Sur la place de la Riponne, discours et musique ont pris le relais.

La conseillère d'Etat vaudoise Béatrice Métraux a salué dans le 19h30 de la RTS le fait que la manifestation se soit déroulée dans le calme. Interrogée sur de possibles débordements à l'avenir comme ça a été le cas vendredi soir à Rotterdam aux Pays-Bas, elle a estimé qu'en Suisse, "il y a une autre culture de la contestation".

"Nos outils de démocratie directe permettent à la population de se prononcer, ce que nous allons faire le 28 novembre", a-t-elle déclaré. Et d'appeler à la "responsabilité" et à toujours respecter les gestes barrières, pour pouvoir vivre à nouveau "comme avant", notamment en vue des fêtes de fin d'année.

Marche à Zurich

A Zurich, une marche de la liberté s'est déroulée presque en parallèle. Plusieurs milliers de personnes ont répondu présent. Vers 14 heures déjà, une heure avant la marche, plus de 2000 personnes s'étaient rassemblées à proximité de la place Escher-Wyss, à l'ouest de la ville.

Des participants sont venus de tous les coins du pays, pour s'opposer "ensemble contre le certificat, la discrimination et la surveillance de masse", d'après leurs pancartes.

Aux côtés de l'organisateur principal, le mouvement Mass-Voll, figuraient d'autres groupes, dont une association de PME indépendantes, l'association "Freie Linke" et l'"Aktionsbündnis Urkantone" ("Alliance des cantons primitifs"). Divers orateurs - parmi lesquels l'ancien conseiller national Claudio Zanetti et le satiriste Andreas Thiel - ont pris la parole.

M. Zanetti a dénoncé une politique qui s'arroge des droits qu'elle n'a pas. "Si l'Etat nous donne la liberté uniquement par bribes, il peut aussi nous la reprendre à tout moment", a-t-il déclaré. Et d'estimer que la validité du passeport sanitaire pourrait être annulée d'un simple trait de plume.

Contre-manifestation

Une contre-manifestation non autorisée a eu lieu également au centre de Zurich. Plusieurs centaines de participants ont défilé sous la devise "ensemble contre la droite". Des pétards ont sporadiquement été allumés, a indiqué la police municipale.

Selon un premier bilan, les deux manifestations n'ont donné lieu à aucun affrontement. Aucun dégât matériel n'a en outre été signalé jusqu'à présent.

ATS