A Malte, le pape condamne la "guerre sacrilège" en Ukraine

Le pape a confié à un journaliste qu'une visite à Kiev était "à l'étude", avant de fustiger dans un discours l'invasion russe, évoquant "quelque puissant, tristement enfermé dans ses prétentions anachroniques d'intérêts nationalistes". ©KEYSTONE/EPA/CIRO FUSCO
Malte
Keystone-ATS
Keystone-ATS

Le pape François a de nouveau condamné dimanche à Malte "la guerre sacrilège" en Ukraine "martyrisée". Cela quelques heures après la découverte de cadavres de civils qui a suscité choc et indignation.

"Prions pour la paix en pensant à la tragédie humanitaire de l'Ukraine martyrisée, encore sous les bombardements de cette guerre sacrilège", a déclaré le pape. Celui-ci s'exprimait à l'issue d'une messe en plein air devant au moins 12'000 personnes dans la capitale La Valette.

L'Ukraine a accusé dimanche la Russie de commettre un "génocide", au lendemain de la découverte de nombreux corps de civils dans la ville de Boutcha près de Kiev après le retrait des troupes de Moscou.

Visite à Kiev "à l'étude"

Samedi, le pape avait confié à un journaliste qu'une visite à Kiev était "à l'étude", avant de fustiger dans un discours l'invasion russe, évoquant "quelque puissant, tristement enfermé dans ses prétentions anachroniques d'intérêts nationalistes", qui "provoque et fomente des conflits".

Jamais depuis l'invasion de l'Ukraine par les troupes russes fin février le souverain pontife n'avait évoqué en des termes aussi forts et critiques le président Vladimir Poutine, sans cependant le nommer.

Rencontre avec des migrants

Dernier rendez-vous de sa visite-éclair de 36 heures à Malte, le pape a rencontré dimanche des migrants dans un centre d'accueil pour réfugiés à Hal Far (sud), le "Laboratoire de paix Jean XXIII", où des réfugiés ukrainiens rejoindront bientôt la cinquantaine de jeunes hommes originaires de plusieurs pays d'Afrique.

Dans un théâtre à ciel ouvert en pierre, et devant un mur formé de bouteilles en plastique bleues et vertes évoquant la mer, surmonté d'un gilet de sauvetage orange, le pape a entendu le témoignage de deux réfugiés.

"Naufrage de civilisation"

En les regardant "dans les yeux", François a évoqué la "blessure du déracinement" et invité Malte à être un "port sûr" pour "ceux qui débarquent sur ses côtes", déplorant l'"expérience tragique" du naufrage que "des milliers d'hommes, de femmes et d'enfants ont vécue au fil des ans en Méditerranée."

Comme lors de son déplacement sur le camp de Lesbos (Grèce) début décembre, le pape a exhorté à faire preuve d'"humanité" face à la menace d'un "naufrage de la civilisation". "Ne nous laissons pas tromper par ceux qui disent : "il n'y a rien à faire", "ces problèmes nous dépassent", a-t-il lancé.

Il a aussi évoqué l'"appel étouffé de millions de migrants dont les droits fondamentaux sont violés, parfois malheureusement avec la complicité des autorités compétentes", dans une apparente illusion à la Libye, provoquant des applaudissements nourris.

Ukrainiens de Malte

"Vos histoires rappellent celles de nombreuses personnes qui, ces derniers jours, ont été contraintes de fuir l'Ukraine à cause de la guerre", a ajouté le pape, qui n'a de cesse de défendre les exilés et demandeurs d'asile.

Devant l'entrée du centre, des membres de la petite communauté ukrainienne de Malte s'étaient d'ailleurs rassemblés pour saluer le pontife, agitant des drapeaux bleus et jaunes. "Nous voudrions qu'il bénisse notre pays", a confié Olga Attard, 36 ans.

"Nous savons déjà qu'il soutient la nation ukrainienne et je pense que les gens de son niveau et de son pouvoir peuvent faire la différence dans une telle situation", a-t-elle ajouté.

"Signe d'espoir"

Depuis le début de cette visite de deux jours, le Saint-Père, 85 ans, est apparu diminué par ses problèmes d'articulations qui l'ont récemment obligé à annuler des engagements. Pour la première fois, il a dû utiliser samedi une plate-forme élévatrice pour monter et descendre de son avion.

"Je l'ai trouvé très fatigué hier... Je crois qu'il souffre. Il a son âge et le programme est très chargé pour lui", a indiqué Anna Balzan, Maltaise de 67 ans, venue à la messe avec un drapeau du Vatican qu'elle possède depuis la visite de Jean-Paul II en 1990.

Mais sa visite reste "un signe d'espoir à une époque où personne ne semble plus croire en rien. Même à Malte, il semble y avoir de moins en moins de gens qui vont à l'église", a déclaré Isabella Dorgu, enseignante italienne de 38 ans vivant à Malte.

Si le catholicisme est toujours inscrit dans la Constitution maltaise, la religion a subi ces dernières années un net recul et le pape devrait encourager l'évangélisation dans un contexte de baisse des vocations.

Grotte de Saint Paul

Plus tôt dimanche, le souverain pontife s'est recueilli à la grotte de Saint Paul à Rabat, l'un des principaux lieux de pèlerinage de l'île, que ses prédécesseurs Jean-Paul II et Benoit XVI avaient déjà visitée.

ATS