Malgré une légère reprise, la tendance reste à la baisse pour les cinémas

Nathalie Terrettaz
Journaliste RP

Pas facile pour les salles de cinéma depuis la crise du covid. Et malgré une légère reprise, la tendance reste à la baisse. La question préoccupe le canton. Il vient d'approuver des mesures de relance destinées aux cinémas, aux arts visuels et à la chaîne du livre.

Les salles de cinéma n'ont pas retrouvé leur niveau d'avant la crise du covid. Et c’est un nouveau signal alarmant sur leur fréquentation : la tendance générale reste à la baisse, malgré une légère reprise, selon les chiffres publiés par l’Office fédéral de la statistique (OFS).

Des chiffres qui restent bas

La baisse de 65% des entrées de cinéma en 2020 due à la pandémie était sans précédent. En 2021, plus d'un million d'entrées ont été générées en plus. Mais la baisse par rapport à l'année 2019 était encore inférieure de 57%.
L'an dernier, le Valais a enregistré près de 143'000 entrées. Au niveau de la fréquentation moyenne par habitant, le canton est à la traîne par rapport au reste de la Suisse. Meryl Moser est directrice de Cinérive, qui exploite 13 salles de cinéma réparties dans 6 villes, dont Monthey. Elle note une légère reprise, mais très récente. «C'est pas que je ne me fais pas de souci, mais ça ne sert à rien de s'en faire. Avoir peur n'est pas la solution. Il y a énormément de belles choses qui sortent au cinéma.»

«Il faut réhabituer le public à venir au cinéma.» Meryl Moser, directrice de Cinérive

Selon Meryl Moser, le public a perdu l'habitude d'aller au cinéma. «Il faut l'attirer à nouveau, mais d'une manière différente. Il y a aussi énormément de concurrence, bien au-delà de la VOD. Il faut également que les gens aient moins peur. Je pense qu'il y a encore une crainte, alors qu'il n'y a jamais de problème dans un cinéma durant la pandémie.»

Diversification des activités

Et pour attirer à nouveau le public dans les salles obscures, les exploitants se renouvellent et proposent des expériences inédites. Pierre-Alain Maillet, exploitant des salles de Crans-Montana et Sierre, propose de nombreux événements culturels dans ses salles. «Nous avons eu Adolf Ogi, ancien conseiller fédéral, l'architecte Mario Botta, ou encore des artistes et des scientifiques.»

«La survie des cinémas passe par une diversification des activités, et plus uniquement la projection de films.» Pierre-Alain Maillet, exploitant des salles de Crans-Montana et Sierre

Un avis que partage Meryl Moser. De nombreux événements sont organisés dans les salles du groupe qu'elle dirige. Celles-ci sont également proposées à la location: opéra, théâtre, jeux vidéo, karaoké ou mariage. Une tendance qui est à la hausse, selon la directrice de Cinérive.

Soutien du canton

La question préoccupe le canton. Il vient d'approuver des mesures de relance destinées aux cinémas, aux arts visuels et à la chaîne du livre. Elles seront présentées en début de semaine prochaine.

NT
Thèmes liés à l'article