L'Unité de médecine des violences de Sierre a accueilli autant d'hommes que de femmes

Les statistiques de consultations à l'Unité de violences de Sierre révèlent la visite de plus de 50% d'hommes ©Keystone-ATS
Hôpital
Diana-Alice Ramsauer
Journaliste RP

45 hommes et 43 femmes… L’unité de médecine des violences de Sierre a accueilli 88 personnes depuis son ouverture au printemps dernier. Majoritairement des victimes de bagarres. Un tiers concerne les violences domestiques.

L’unité de médecine des violences de Sierre a accueilli 88 personnes depuis son ouverture.
Cette structure, mise en place au printemps dernier, offre des consultations aux hommes et aux femmes de plus de 16 ans qui ont été victimes de brutalités. Il peut s’agir de violences domestiques mais également de violences dites «communautaires», c’est-à-dire des bagarres au sortir d’une discothèque ou des conflits dans un espace public.

Cette nouvelle unité est l’une des portes d’entrée pour les victimes, en parallèle aux urgences ou au centre LAVI par exemple.

«On ne peut pas dire qu'il y ait un milieu plus touché qu'un autre. C'est en réalité plutôt lié à un événement: une grossesse, une naissance, la perte d'un travail ou une maladie. C'est souvent contextuel.»Pierre Turini, directeur de l’institut central des Hôpitaux

En tout, six infirmières et un médecin sont chargés d’offrir une oreille attentive à ces personnes mais également et surtout, à constituer un rapport en cas de plainte pénale. Le profil des patients est très divers, selon Pierre Turini, directeur de l’institut central des Hôpitaux: «Il s'agit de patients jeunes, en moyenne 35 ans. Il y a à peu près autant d'hommes que de femmes – 45 hommes et 43 femmes. On ne peut pas dire qu'il y ait un milieu plus touché qu'un autre. C'est en réalité plutôt lié à un événement: une grossesse,une naissance, la perte d'un travail ou une maladie. C'est souvent contextuel.» 

Plus facile de parler de bagarres que de problèmes dans le couple

Il ajoute que ces situations relèvent environ pour deux tiers d'entre elles, de conflits communautaires, et un tiers de violences domestiques.
« C'est toujours plus facile de venir consulter suite à une bagarre avec des gens que l'on ne connait pas ou pas très bien, plutôt que lorsque c'est un problème intrafamilial, ou dans le couple.» Enfin, la majorité des nationalités représentées en Valais le sont également en consultation à l'Unité de médecine spécialisée à Sierre. Pierre Turini a dénombré 16 pays d'origine différents.

Pierre Turini précise également qu’un effort de communication sera consenti pour toucher un plus grand nombre de personnes victimes de violences, une priorité pour ces prochains mois. Le Canton a par ailleurs décidé d’augmenter les ressources humaines pour cette unité afin de pérenniser le projet.

Les personnes victimes de violences peuvent contacter l’Unité spéciale de Sierre pour prendre rendez-vous au 027 603 63 70. Dans l’idéal, pour établir un constat médical, la consultation doit avoir lieu dans les 72 heures suivant les faits.

dar
Les articles les plus lus