L'UE invite la Russie à des pourparlers sur la sécurité à l'OSCE

L'Union européenne a adressé mercredi un courrier commun au chef de la diplomatie russe Sergueï Lavrov pour une désescalade en Ukraine (archives). ©KEYSTONE/JEAN-CHRISTOPHE BOTT
Ukraine
Keystone-ATS
Keystone-ATS

L'Union européenne a invité mercredi la Russie à des pourparlers au sein de l'OSCE sur les moyens de renforcer la sécurité en Europe et a exigé une désescalade avec l'Ukraine, dans une lettre adressée au chef de la diplomatie russe Sergueï Lavrov.

Le courrier, dont l'AFP a obtenu copie, a été endossé mercredi par les 27 membres de l'UE et remis à l'ambassadeur de Russie à Bruxelles, a-t-on précisé de sources européennes.

L'invitation est une réponse en "notre nom collectif" à des missives envoyées par M. Lavrov à certains de ses homologues européens pour leur demander leur interprétation du concept de "l'indivisibilité de la sécurité", précise le chef de la diplomatie européenne Josep Borrell.

Pour Moscou, ce concept signifie que la sécurité de chaque pays est indissociablement liée à celle des autres et donc qu'un élargissement de l'Otan à l'Ukraine et à la Géorgie menace celle de la Russie. La lettre des Européens ne dit rien sur cette demande.

Réponse en bloc

Le ministre russe avait demandé que la réponse soit donnée à "titre national et non au nom d'un bloc". La Russie refuse de traiter avec l'Union européenne et cherche à diviser ses membres, ont déploré à plusieurs reprises les dirigeants européens.

"Nous demandons à la Russie de procéder à une désescalade et de mettre fin à son renforcement militaire en Ukraine et dans les environs, ainsi qu'au Bélarus", insistent les 27 dans leur missive.

"Nous restons gravement préoccupés par la situation actuelle et sommes fermement convaincus que les tensions et les désaccords doivent être résolus par le dialogue et la diplomatie", insistent-ils.

La réponse de l'UE a été rédigée en concertation avec les Etats-Unis et l'Otan et un courrier similaire a été adressé par l'Alliance, a-t-on précisé de sources européennes. "Avec nos partenaires de l'Otan, l'Union européenne est prête à poursuivre le dialogue avec la Russie sur les moyens de renforcer la sécurité de tous", assurent les 27.

"Nous pensons que l'OSCE (Organisation pour la Sécurité et la Coopération en Europe) est l'instance appropriée pour répondre aux préoccupations de toutes les parties intéressées en matière de sécurité, en complémentarité avec les autres instances existantes, notamment le Conseil OTAN-Russie", précisent-ils.

Sans résultats

Des discussions ont déjà été organisées au sein du Conseil Otan-Russie et à l'OSCE, mais elles n'ont donné aucun résultat.

Moscou exige la fin de l'élargissement de l'Otan à l'Est, le rejet des candidatures de l'Ukraine et de la Géorgie, acceptées en 2008, et le retrait des moyens militaires de l'Alliance dans les pays d'Europe de l'Est considérés comme des menaces pour sa sécurité.

La Russie a déployé plus de 100'000 troupes de combats et d'importants moyens militaires aux frontières de l'Ukraine et cette présence fait craindre aux Occidentaux une nouvelle invasion de ce pays après l'annexion de la Crimée en 2014 et le soutien aux séparatistes de la région du Donbass, en guerre avec les forces ukrainiennes depuis la même année. Le conflit a fait plus de 13'000 morts.

ATS
album_image
En ce moment
Haunt MeLADINA