L'ONU veut aider 6 millions de personnes en Ukraine

L'ONU appelle à la solidarité pour aider dans les prochains mois les Ukrainiens. ©KEYSTONE/SALVATORE DI NOLFI
Ukraine
Keystone-ATS
Keystone-ATS

L'ONU veut aider six millions de personnes en Ukraine dans les trois prochains mois. Avec près de 120 partenaires, elle a lancé mardi à Genève un appel de fonds de plus d'1,5 milliard de francs pour cette assistance et celle auprès des réfugiés dans les pays voisins.

Selon ses estimations, 12 millions de personnes à l'intérieur de l'Ukraine ont besoin de secours et de protection. Elles sont plus de 4 millions dans les autres pays.

"Nous devons étendre notre réponse" avec "solidarité", affirme le chef des affaires humanitaires de l'ONU Martin Griffiths. Parmi l'enveloppe demandée, deux tiers environ sont prévus pour l'assistance en Ukraine.

Cette aide, dont 40% seront en liquidités, permettra de distribuer de la nourriture ou encore de l'eau et de soutenir la santé et l'éducation, de même qu'à rétablir des habitations. Parmi les 6 millions de personnes que l'ONU veut aider, un million devraient être des déplacés internes, a affirmé à la presse M. Griffiths.

Depuis jeudi, plus de 670'000 personnes ont fui l'Ukraine pour les pays voisins, dont 150'000 en moins de 24 heures et un grand nombre d'enfants. La moitié a choisi la Pologne. D'autres personnes sont parties de l'Est de l'Ukraine vers la Russie.

Gouvernements visés

Certains responsables gouvernementaux ont ciblé le manque d'anticipation des agences onusiennes pour accueillir et aider dès le début les réfugiés hors d'Ukraine. "Cette critique est déplacée", affirme M. Griffiths qui salue les efforts de l'ONU et renvoie ces allégations aux Etats eux-mêmes.

De son côté, le Haut commissaire pour les réfugiés Filippo Grandi a aussi dénoncé ces critiques. Des discussions ont eu lieu "discrètement" depuis des mois et des dizaines de collaborateurs du Haut-Commissariat pour les réfugiés (HCR) se trouvent dans les pays voisins.

Selon l'agence onusienne, cette situation pourrait devenir "la plus grande crise de réfugiés en Europe" depuis deux décennies au moins. Malgré le soutien des pays voisins, "davantage" sera requis, affirme M. Grandi. "Nous ne savons pas à quoi ressemblera la situation dans quelques semaines", a-t-il affirmé.

Filippo Grandi bientôt sur place

A moins que les affrontements s'arrêtent, "il est probable qu'une autre augmentation des déplacements" aura lieu, a-t-il affirmé. Or, pour le moment, la plupart des personnes qui fuient ont des voitures ou des contacts en Europe. Mais dans les prochains jours, "il est probable que nous voyions arriver des personnes avec moins de ressources, plus vulnérables".

Un plan régional pour les cinq Etats voisins de l'Ukraine et s'autres encore prévoit un peu plus de 500 millions de francs pour l'aide. Matériel de secours, liquidités et soins seront notamment offerts aux réfugiés.

M. Grandi va se rendre dès mercredi en Roumanie, en Moldavie et en Pologne pour évaluer la situation. Il appelle également les donateurs à ne pas apporter leur aide au détriment d'autres crises comme celles de l'Ethiopie ou encore de la Birmanie.

ATS
Les articles les plus lus