L'OMC prévoit une croissance du commerce mondial à 3% en 2022

La directrice générale de l'Organisation mondiale du commerce (OMC) Ngozi Okonjo-Iweala est inquiète des effets de la guerre sur de possibles accords à la ministérielle de juin à Genève. ©KEYSTONE/SALVATORE DI NOLFI
Commerce mond..
Keystone-ATS
Keystone-ATS

L'OMC a précisé sa prévision de croissance du commerce mondial cette année. Mardi à Genève, elle a dit s'attendre à une augmentation de 3%, contre 4,7% attendus avant la guerre en Ukraine. Elle est inquiète pour des accords à la ministérielle de juin à Genève.

L'Organisation mondiale du commerce (OMC) avait fait fuiter lundi soir une fourchette entre 2,4 et 3%. Mardi, elle a dévoilé une estimation qui prend le haut de celle-ci. Mais "ces chiffres pourraient être revus en raison de l'incertitude" liée à la guerre en Ukraine.

La croissance du commerce de marchandises pourrait varier de 0,5 à plus de 5% tant la situation est volatile. L'impact de ce conflit se fera sentir "dans le monde entier", notamment pour l'accès aux produits alimentaires dans les pays pauvres, a estimé la directrice générale de l'organisation Ngozi Okonjo-Iweala. L'approvisionnement est menacé et l'inflation grimpe.

Baisse attendue en Russie

Au total, 35 pays africains importent des produits alimentaires de Russie et d'Ukraine. Récemment, Ngozi Okonjo-Iweala avait appelé les Etats qui s'appuient sur des stocks alimentaires de sécurité excédentaires à les mettre sur le marché s'ils le peuvent.

La région qui rassemble notamment la Russie et l'Ukraine devrait faire face à une baisse de 12% de ses importations et de 7,9% de son PIB. Mais les exportations devraient augmenter de près de 5% en raison de la dépendance à l'énergie russe.

Autre problème, le commerce des services sera également affecté par le conflit en Ukraine. La Russie est un importateur net sur cette question. Autre indication, l'année dernière, le volume de marchandises a progressé de 9,8% et de 26% en valeur, ajoute l'OMC.

Prévue à 3,4% pour l'année prochaine

Outre la guerre, les confinements en Chine en raison de la pandémie perturbent à nouveau le commerce maritime, selon l'institution. Plus largement, "les dernières années ont été tumultueuses" pour l'économie et le commerce mondial, a dit à la presse la directrice générale.

Pour 2023, la croissance du commerce mondial est désormais attendue à 3,4%. De son côté, le Produit intérieur brut (PIB) mondial devrait progresser de 2,8% cette année, en baisse de 1,3 point par rapport aux précédentes estimations, après avoir augmenté de près de 6% l'année dernière.

Ces chiffres préoccupent aussi la directrice générale pour leur effet possible sur la ministérielle très importante de juin à Genève. Dr Ngozi souhaite notamment des accords sur trois chantiers, ceux de la réponse à la pandémie, de l'agriculture et des subventions à la surpêche. "Je ne peux pas promettre un succès" sur toutes ces composantes, a-t-elle dit.

"Il ne fait aucun doute que la guerre a augmenté les tensions" et "l'environnement est hautement incertain", selon elle. En cas de sanctions supplémentaires, notamment un embargo énergétique contre la Russie, "la menace est réelle" pour la ministérielle et "nous devrons voir comment cela affecte nos travaux", a affirmé Dr Ngozi.

Actuellement, les négociations sont menées par petits groupes. De nombreux pays occidentaux et d'autres acteurs ont dit qu'ils n'honoreraient plus les règles de l'OMC à l'égard de la Russie. Moscou est largement boycottée par des dizaines d'acteurs.

Demande aux Etats de collaborer

Et Dr Ngozi d'appeler à une collaboration malgré les tensions. L'organisation "peut jouer un rôle central" pour discuter pacifiquement des divergences, selon elle. Il faut que les efforts se poursuivent, dit-elle. Notamment sur la réponse du commerce mondial à la pandémie pour laquelle la Suisse est opposée à une levée provisoire des brevets sur les technologies contre le coronavirus.

Sur la pêche, les Etats cherchent un arrangement après plus de 20 ans de négociations sur les subventions, estimées jusqu'à 54 milliards de dollars par an. L'objectif est d'interdire celles pour un navire qui mènerait une pêche illégale, non déclarée ou non réglementée. Mais aussi celles pour la surpêche dans des zones déjà trop utilisées.

Selon l'ONU, 90% des stocks marins sont exploités ou surexploités. Un tiers des prises est lié à la surpêche. Les Etats riches souhaitent que la Chine ne puisse s'appuyer sur des exceptions en raison de son statut autodéclaré de pays en développement.

Dans un projet d'accord, des exemptions sont prévues pour les pays pauvres et ceux en développement avec un volume de pêche peu élevé. De même que des mesures pour limiter le recours au travail forcé, de quoi tenter de satisfaire tout le monde. Mais des Etats en développement le trouvent favorable aux pays riches.

ATS
album_image
En ce moment
RunONEREPUBLIC