L'Etat du Valais prié d'appliquer la loi en matière d'allaitement

Allaitement maternel
Maternité
Fabrice Germanier
Directeur de la rédaction

L'allaitement maternel sur le lieu de travail est un droit mais son application laisse à désirer. Y compris au sein de l'administration cantonale. Demande adressée à l'Etat du Valais pour qu'il fasse preuve d'exemplarité.

L'allaitement maternel doit être rendu possible dans tous les bâtiments de l'administration cantonal, y compris au Parlement. C'est ce que revendiquent quatre députés de différents bords politiques emmenés par la socialiste Paola Riva Gapany.

Plusieurs institutions dont l'Organisation Mondiale de la Santé et l'UNICEF recommandent, si c'est possible, de nourrir exclusivement au lait maternel les enfants durant les six premiers mois.

En Suisse, la loi prévoit par ailleurs depuis juin 2014 que le temps pris pour allaiter ou tirer le lait est comptabilisé comme temps de travail durant la première année de vie du bébé, dans certaines limites (voir encadré). L'employeur doit également mettre à disposition des mères un lieu adapté.

Le secteur public n'est pas un modèle

Et c'est là que le bât blesse. Actuellement, cette exigence légale n'est pas remplie partout, à commencer, par exemple, par le Grand Conseil valaisan où, contrairement au Parlement fédéral, rien n'est prévu pour les mères allaitantes. En conséquence, lorsqu'elles reprennent le travail, de nombreuses femmes renoncent à nourrir leur bébé au lait maternel et optent pour le lait industriel.

Les intervenants demandent donc au Conseil d'Etat de faire appliquer la loi et de vérifier qu'elle le soit aussi dans les établissements subventionnés par le canton. Il en va, selon eux, de la conciliation de la vie familiale et de la vie professionnelle, en plus de la dimension de santé publique.

La réponse du Conseil d'Etat devrait être transmise durant le printemps.

Ce que dit la loi suisse


Ordonnance 1 relative à la loi sur le travail, art. 60, al. 2


Les mères qui allaitent peuvent disposer des temps nécessaires pour allaiter ou tirer leur lait. Au cours de la première année de la vie de l’enfant, le temps pris pour allaiter ou tirer le lait est comptabilisé comme temps de travail rémunéré dans les limites suivantes:

a. pour une journée de travail jusqu’à 4 heures: 30 minutes au minimum;
b. pour une journée de travail de plus de 4 heures: 60 minutes au minimum;
c. pour une journée de travail de plus de 7 heures: 90 minutes au minimum.

Ordonnance 3 relative à la loi sur le travail, art. 34

Les femmes enceintes et les mères allaitantes doivent pouvoir s’allonger et se repo­ser dans des conditions adéquates.
FG

Audios liés:

Paola Riva Gapany
Les articles les plus lus