Les tirs de loups efficaces à court et moyen terme

Les attaques sont plus probables dans les régions où des loups isolés transitent, plutôt que dans les régions où des loups isolés sont présents de manière permanente (image d'illustration) ©KEYSTONE/JEAN-CHRISTOPHE BOTT
Prédateurs
Keystone-ATS
Keystone-ATS

Les tirs de loups ayant croqué des animaux de rente sont un moyen efficace à court et moyen terme pour réduire les dommages chez les éleveurs. En outre, les troupeaux protégés par des chiens de protection subissent en général moins de pertes.

Tels sont les résultats principaux du rapport "Attaques de loups sur des animaux de rente - Efficacité des mesures de gestion" publié mercredi. L'étude lancée en janvier 2020 par le centre de vulgarisation Agridea et la fondation Kora a été soutenue financièrement par l'Office fédéral de l'environnement. Elle porte sur les années 2004 à 2019.

Selon ce rapport, aucun dommage n'est survenu dans la plupart des régions d'estivage de petit bétail dans les zones où le loup est présent. Seules quelques régions d'estivage auraient été fortement touchées pendant une ou plusieurs années, les auteurs les qualifiant de "hotspots".

Grands alpages escarpés

Les dommages interviennent surtout sur les grands alpages au relief accidenté et là où de nombreux moutons sont estivés pendant une longue période. En outre, les attaques sont plus probables dans les régions où des loups isolés transitent, plutôt que dans les régions où des loups isolés sont présents de manière permanente. Les loups isolés ont causé moins de dommages que les couples de loups.

Le rapport note en outre que le nombre d'animaux de rente tués lors d'attaques de loups était nettement inférieur lorsque des chiens de protection des troupeaux étaient utilisés. Les pertes n'ont toutefois pas pu être totalement évitées. Les chiens de protection sont en effet moins efficaces dans les régions d'estivage très accidentées et recouvertes de forêts.

Abattage efficace

L'étude a également comparé le nombre d'animaux de rente tués dans les zones où une autorisation de tir a été délivrée. Il ressort que l'abattage de loups isolés ayant causé des dommages permet à court et moyen terme de réduire les prédations. Les régions concernées sont restées un peu plus longtemps sans loup après les tirs.

Il faudrait reconduire l'analyse dans les années à venir pour évaluer l'efficacité de cette mesure sur les meutes et les jeunes loups. L'étude constate qu'il existe en Europe "peu d'études sérieuses" sur l'efficacité des mesures de protection des troupeaux.

Selon ces études, les clôtures électriques correctement installées semblent être les plus efficaces. L'efficacité des clôtures électriques n'a toutefois pas pu être examinée dans l'étude. Une étude dans ce domaine serait hautement nécessaire.

ATS
Les articles les plus lus