Les Suisses se sont majoritairement déplacés sans masque vendredi

Pas de réprimande pour non-port du masque dans les trains vendredi. ©KEYSTONE/VALENTIN FLAURAUD
Coronavirus
Keystone-ATS
Keystone-ATS

La majorité des Suisses n'arboraient pas de masques dans les transports publics au premier jour sans obligation d'en porter. Une minorité non négligeable continuait toutefois d'arborer le masque vendredi matin.

La transition vers le non-port du masque s'est faite dans le calme, a commenté le porte-parole des CFF Daniele Pallechi sollicité vendredi par Keystone-ATS. La levée de l'obligation n'a toutefois pas empêché plusieurs usagers de continuer à porter le masque, a-t-il ajouté.

Un constat partagé par BLS et CarPostal. Dans les cars postaux, entre un quart et un tiers des passagers portait toujours le masque dans la matinée, selon le porte-parole de CarPostal Urs Bloch.

Pas au courant de la levée

En Suisse romande, de nombreux passagers ont continué de porter le masque. Il s'agit visiblement d'une journée de transition, a fait savoir François Mutter, le porte-parole des Transports publics genevois (TPG).

Un sondage effectué auprès des contrôleurs et contrôleuses indique que sur le réseau urbain, 15 à 20% des voyageurs portaient encore le masque vendredi, en début de journée. Et sur le réseau régional, la moitié des personnes n'était pas au courant des nouvelles règles et elles portaient un masque, a relevé M. Mutter.

Le nombre de personnes masquées dans les bus, trams et trains, a diminué au fil de la matinée, vendredi. Les usagers retiraient petit à petit leur masque en constatant que le personnel des TPG n'en portait plus.

Moitié-moitié à Lausanne

Du côté des Transports publics de la région lausannoise (tl), le port du masque dépendait des véhicules et de la fréquentation. "A l'heure de pointe, nous avons constaté sur certaines lignes et sur le m2 notamment que près de la moitié de notre clientèle avait choisi de garder le masque", indique sa porte-parole Alexandra Gindroz après avoir sondé ses collègues sur le terrain.

Le phénomène n'a pas échappé aux usagers. "Mon bus se rebelle. Taux de masque de 80%", pouvait-on lire sur Twitter.

En Suisse alémanique, le passage au transport sans masque semble plus tranché. Dans les transports publics lucernois par exemple, 90% des usagers ont fait tomber le masque, selon son porte-parole Sämi Deubelbeiss. Environ un tiers des passagers portaient encore le masque dans les transports publics zurichois.

Concernant l'impact de la levée des mesures sur la fréquentation des transports publics, qui ont perdu beaucoup de clients durant la pandémie, il est encore impossible de tirer une conclusion, rapportent les compagnies.

ATS
Les articles les plus lus