Les signalements auprès de l'Ombudsman valaisan de la santé ont doublé depuis 2018

Ludivine Détienne ©Etude LSL
Etat du Valais
Didier Morard
Journaliste

L'Ombudsman valaisan de la santé et des institutions sociales repart pour un tour. L'avocate sédunoise Ludivine Détienne, qui occupait déjà ce poste, a été confirmée par le Conseil d'Etat. Elle conserve son mandat au moins jusqu'en 2025.

Le Conseil d'Etat valaisan a reconduit Ludivine Détienne au poste d'Ombudsman de la santé et des institutions sociales. L'avocate sédunoise – qui occupe cette fonction depuis sa création en 2018 – repart pour un nouveau mandat jusqu'au terme de la prochaine période administrative, soit jusqu'en 2025. Cet organe, qui collecte les plaintes et les signalements des patients et des employés d'institutions sanitaires, a traité près de 350 dossiers de 2018 à ce jour. Depuis la création de l'Ombudsman, les dossiers n'ont fait que croître passant de 50 en 2018 à 118 en 2021. "Ces chiffres montrent que nous avons fait du bon travail pour faire connaître l'Ombudsman", précise Ludivine Détienne qui tire un bilan satisfaisant de son action. "Notre objectif premier était de faire connaître l'Ombudsman. Le Covid a rendu plus compliqué cet aspect-là", reconnaît Ludivine Détienne.

Des signalements multiples

La plupart des 350 dossiers traités concernent la prise en charge médicale. "Il peut y avoir aussi des questions sur le droit des patients, des problèmes de délivrance de dossiers médicaux. On a également des gens qui s'inquiètent pour un proche hospitalisé," indique Ludivine Détienne. L'Ombudsman récolte également les dysfonctionnements dénoncés par les employés des institutions sanitaires. "Certaines personnes ne se sentent pas entendues par leur propre hiérarchie. On est justement là pour les guider et les aider. On récolte ainsi le maximum d'information et on transmet le dossier au Service de la santé publique pour enquête", précise Ludivine Détienne.

Les différents signalements

L'Ombudsman de la santé et des institutions sociales réceptionne également les plaintes anonymes. Ces quatre dernières années, dix signalements de patients et huit d'employés d'institutions sanitaires ont été adressés de manière anonyme. " Il ne faut pas avoir peur de contacter l'Ombudsman, votre anonymat est garanti. Pour moi, c'est important de pouvoir connaître cette personne, la contacter au besoin pour avoir des précisons afin de mener plus loin le dossier," conclut Ludivine Détienne.

Les plaintes et signalements peuvent être déposés sur le site internet de l'Ombudsman ou par téléphone au 027 321 27 17.

DM/c