Les psychotropes sont les médicaments les plus prescrits en Suisse

Les psychotropes sont les médicaments les plus prescrits en Suisse: la photo est tirée de l'exposition Happy Pills à La Ferme des Tilleuls à Renens. ©KEYSTONE/LAURENT GILLIERON
Santé
Keystone-ATS
Keystone-ATS

Les psychotropes arrivent en tête des médicaments les plus consommés en Suisse. Ces dernières années toutefois, la courbe des prescriptions s'est aplatie. Et ce malgré la pandémie de Covid-19, indique l'Observatoire suisse de la santé (Obsan) jeudi.

Les psychotropes agissent sur le système nerveux central et exercent par conséquent une influence sur diverses fonctions psychiques. En 2020 comme les années précédentes, ils représentaient 22,7% de tous les médicaments facturés à l'assurance obligatoire des soins dans le secteur ambulatoire, indique l'étude.

Cette dernière analyse les quantités, les acheteurs, les coûts et les prescripteurs de ces médicaments en Suisse entre 2017 et 2020. Elle examine les quantités prescrites d'antidépresseurs, d'antipsychotiques, d'anxiolytiques et de médicaments contre le trouble du déficit de l'attention avec ou sans hyperactivité (TDAH).

Les antidépresseurs d'abord

Selon l'étude, les psychotropes les plus fréquemment utilisés sont "de loin" les antidépresseurs. Les femmes en consomment généralement plus que les hommes, les personnes âgées davantage que les plus jeunes, mais elle a augmenté chez ces derniers.

Entre 2017 et 2020, l'augmentation est particulièrement marquée chez les 18 ans et moins, filles et garçons (+48%), un peu moins chez les 18-25 ans (+ 22,9%). En 2020, l'augmentation est forte chez les enfants jusqu'à 15 ans (+20,1%) par rapport à 2019.

Accroissement marqué du TDAH

Entre 2017 et 2020, le taux d'accroissement le plus marqué concerne les médicaments contre le trouble du déficit de l'attention avec ou sans hyperactivité (TDAH), précise l'Obsan dans son rapport. La hausse correspond à une augmentation de 20,1% pour 1000 habitants.

Dans la tranche d'âge allant de 19 à 65 ans, les hausses atteignent 30% environ. Les hommes (63%) en consomment plus que les femmes (37%), mais l'écart entre les sexes se réduit quelque peu dans les deux tranches d'âge supérieurs.

Pour les antipsychotiques, une augmentation a été observée surtout chez les jeunes de 16 à 18 ans (+25,6%). Egalement dans une moindre mesure chez les enfants de 15 ans et moins (+12,1%) et chez les plus de 65 ans (+10,7%).

Via les médecins de famille

L'étude montre aussi que les coûts des médicaments psychotropes sont pour la plupart en baisse depuis 2014, sauf pour ceux contre le TDAH. Ce phénomène semble être lié notamment à l'essor des génériques. Une large part des psychotropes est prescrite par les médecins de famille.

L'étude montre aussi que la pandémie de Covid-19 "n'a pas eu d'effets clairement identifiés" sur les quantités de psychotropes achetés en 2020. De manière générale "l'évolution n'a rien de particulier". Les différentes hypothèses avancées "vont d'une hausse liée à une augmentation des problèmes psychiques à un recul induit par une baisse des consultations chez le médecin".

ATS