Les jeunes Verts contre la nécessité d'une autorisation pour récolter des signatures à Sion

les jeunes Verts déplorent la manière de faire de la police des villes du centre
Initiative
Sandrine Rovere
Rédactrice en cheffe adjointe

Les jeunes Verts sont mécontents des pratiques de la police régionale des villes du centre en matière de récolte de signatures. Une autorisation est nécessaire, ce qui constitue une "restriction des libertés fondamentales des citoyens", selon le parti.

La récolte de signatures pour une initiative populaire ne devrait pas être soumise à autorisation. L'avis des jeunes Verts valaisans exprimé ce lundi dans un communiqué.

Samedi, deux membres du parti récoltaient en ville de Sion des paraphes pour le texte en faveur de la responsabilité environnementale. Ils ont été interrompus par la police régionale des villes du centre (PRVC), qui a procédé à un contrôle complet d'identité. Les forces de l'ordre leur ont demandé de se munir d'une autorisation pour toute campagne future.

Pas nécessaire dans la majorité des communes

Si la police se base sur son propre règlement en la matière, l'immense majorité des communes suisses n'exige pas une telle autorisation pour une récolte de signatures, soulignent les deux coprésidents cités dans le communiqué.

"Le droit d’initiative constitue la base de notre démocratie et est un droit constitutionnel fondamental (…) Nous estimons que le fait même de soumettre ce droit à une autorisation communale (…) constitue une restriction des libertés fondamentales des citoyens", soulignent les jeunes Verts qui ont écrit en ce sens aux autorités de la capitale cantonale, ainsi qu'à la police régionale des villes du centre et au conseil général de Sion.

SR/FG/c

Audios liés:

Sheldon Masseraz, coprésident des Jeunes Vert-e-s Valais
Cyrille Fauchère, président du comité de direction de la PRVC et municipal sédunois
Catégories