Les hébergements collectifs du Valais préparent une saison d'hiver incertaine, sans garantie

Les hébergements collectifs remplissent tant bien que mal leur calendrier. Mais tout peut encore basculer ©KEYSTONE/GIAN EHRENZELLER
Hébergement
Oriane Binggeli
Journaliste RP

L’an dernier, les hébergements collectifs valaisans se constituaient en association pour mieux survivre face au Covid. Un an après, l’entité est en standby, chacun prépare sa saison d’hiver, avec toutes les incertitudes que cela implique.

Novembre 2020 : une quinzaine d’hébergements collectifs valaisans se constituaient en association. Dans les grandes lignes, Valhébergement veut d’une seule et même voix la cause des hébergeurs, qui ont vu leurs affaires fortement souffrir de la crise et ses restrictions. La démarche a permis de toucher quelques aides à fonds perdus de la part du Canton, et un prêt de la Confédération.

Association en stand by

Et puis depuis ? Si dans les faits, l’association existe toujours, force est de constater que ses activités sont au point mort. Il faut dire que la locomotive de cette action, Yves Duffey, a vendu son établissement des Louerettes à Siviez-Nendaz, en juin dernier. « J’ai transmis documents et informations aux co-fondateurs du projet, avant de changer de domaine d’activité », nous confie-t-il au téléphone.

Contactés, plusieurs membres avouent ne plus avoir eu de contacts les uns avec les autres. Tous préparent en ce moment leur saison d’hiver… et tous ne voient pas l’avenir du même œil.

Réservations incertaines

Dans les établissements collectifs qui travaillent avec des écoles de ski suisse, le calendrier semble confortablement plein. Mais personne ne prend les réservations pour acquis. Exemple avec Vincent Valerio, directeur de Alpes pour tous, qui gèrent 6 hébergements entre le Val d’Anniviers et Val d’Hérens, pour une capacité de 540 lits.

Le fichier audio est introuvable

Face à la situation, les hébergeurs contactés ont tous été contraints assoupli leurs conditions d’annulation.

En témoigne Robert Perris, directeur de la société Viamonde, qui gère deux colonies, à Anzère, et Saas Grund. Sa colonie d’Anzère restera fermée cet hiver, faute de réservation. Et à Saas Grund, c’est un peu à croix et la bannière.

Le fichier audio est introuvable

Valhébergement pourrait "renaitre"

Dans ce contexte et suite aux contacts pris par Rhône FM avec les différents hébergements, il n’est pas impossible que l’association Valhébergement reprenne concrètement du service. Des contacts ont en tout cas été pris entre les co-fondateurs.

Oriane Binggeli
Thèmes liés à l'article
HébergeurHébergements
Catégories
Les articles les plus lus