Les femmes manifestent pour leurs droits, l'Ukraine dans le coeur

Des tulipes rouges ont été distribuées à des Ukrainiennes fuyant la guerre. ©KEYSTONE/AP/Darko Vojinovic
Journée des f..
Keystone-ATS
Keystone-ATS

Du Pakistan à la France, des milliers de femmes ont manifesté mardi à travers le monde pour défendre leurs droits. Tous les regards sont toutefois tournés vers les files incessantes de femmes et d'enfants fuyant la guerre en Ukraine.

Dans la gare de Przemysl, en Pologne, à quelques kilomètres de la frontière ukrainienne, que des milliers de réfugiés ukrainiens traversent chaque jour, un religieux franciscain offrait des tulipes rouges et jaunes aux femmes tout juste arrivées.

"Il est très important qu'aujourd'hui, dans ce moment difficile, quelqu'un leur parle pour leur dire 'vous êtes très importantes'", a déclaré à l'AFP Kordian Szwarc. "Nous savons que leurs hommes sont très, très loin d'ici et qu'il n'y a personne pour leur dire qu'elles sont importantes et belles. C'est ma mission aujourd'hui", a-t-il ajouté.

Tulipes aux check-points

"C'est la première fois que j'ai l'impression de vivre une journée spéciale" depuis l'invasion de l'Ukraine par les forces russes le 24 février, a dit, dans un grand sourire, Lilia Kysil, étudiante de 22 ans arrivée de Kiev, une tulipe à la main. "Merci de nous amener des émotions positives", a-t-elle poursuivi, entourée de sa mère et de sa soeur.

Selon l'ONU, la barre des deux millions de personnes fuyant les combats en Ukraine pour trouver refuge à l'étranger a été franchie mardi. En Ukraine même, des soldats volontaires offraient également des tulipes aux femmes passant à proximité de certains check-points à Kiev, a constaté un correspondant de l'AFP.

Contre la guerre en Ukraine

En attendant une manifestation, prévue à 19h00, qui s'annonce massive comme chaque année à Madrid, plusieurs milliers de personnes - 35'000 selon les organisateurs - ont défilé à Paris contre les violences sexistes et pour l'égalité salariale.

Derrière une banderole de tête annonçant une "déferlante féministe pour l'égalité", les manifestants, en majorité des femmes, brandissaient des pancartes proclamant: "ni les femmes ni la terre ne sont des territoires de conquête" ou "féministe en colère, je ne vais pas me laisser faire".

Avant le départ de la manifestation, les militantes ont lu au micro une lettre adressée par des "féministes russes" appelant les défenseurs des femmes du monde entier à "prendre position contre la guerre". Le conflit en Ukraine "apporte les violences des balles, mais aussi les violences sexuelles", ont-elles affirmé.

En Suisse aussi la guerre en Ukraine était au coeur des préoccupations des militantes. Chambres fédérales, collectifs féministes et syndicats ont revendiqué plus de droits pour les femmes tout en appelant à la fin de l'invasion russe.

Tentative d'annulation

En Asie, quelques milliers de femmes se sont rassemblées mardi dans les grandes villes pakistanaises comme Islamabad, la capitale, Karachi, la grande mégalopole du Sud, ou Lahore (est), la capitale culturelle, où les autorités avaient vainement tenté d'annuler l'événement.

Dans une société toujours très conservatrice et patriarcale, les marches du 8 mars sont chaque année mal accueillies depuis la première édition, en 2018. En 2020, des islamistes avaient lancé des bâtons et des pierres sur les manifestantes défilant à Islamabad, en blessant certaines et forçant d'autres à se mettre à l'abri jusqu'à ce que la police intervienne.

"Je participe à la marche chaque année" et cette année, il était particulièrement important d'être présente, car "nous avons eu plusieurs cas récemment où ceux qui ont commis des violences contre des femmes s'en sont tirés sans conséquences", a déclaré à Lahore Sairah Khan, une étudiante de 23 ans.

Discrétion en Afghanistan

Au Pakistan, des femmes ont été tuées par balle, au couteau, étranglées, lapidées ou brûlées pour avoir "sali l'honneur" de leur famille. Leurs défenseurs sont accusés par les conservateurs de promouvoir les valeurs libérales de l'Occident et de ne pas respecter les sensibilités religieuses et culturelles locales.

Dans l'Afghanistan voisin, le 8 mars a été célébré dans une grande discrétion, les militantes féministes vivant dans la crainte d'être arrêtées par le nouveau régime taliban qui a balayé 20 ans de liberté conquise par les femmes depuis son retour au pouvoir le 15 août dernier. "Les talibans nous ont pris le ciel et la terre", s'est désolée auprès de l'AFP une militante du groupe Unité et solidarité femmes, sous couvert de l'anonymat.

ATS
Les articles les plus lus