Les deux navettes autonomes sédunoises partent à la retraite

Les deux navettes autonomes sédunoises "Valère" et "Tourbillon" partent à la retraite. ©Keystone-ats
Mobilité
Didier Morard
Journaliste

Les deux navettes autonomes sédunoises "Valère" et "Tourbillon" stoppent leur activité. Cette mise à l'arrêt marque la fin d'un projet historique. Les deux bus sans chauffeur étaient devenus les premiers véhicules autonomes de transports publics mis en circulation dans le monde.

Les deux navettes autonomes sédunoises "Valère" et "Tourbillon" prennent leur retraite. Lancés en 2016 à Sion, les deux bus sans chauffeur ont transporté 55'000 passagers à travers le centre-ville, entre la gare et la vieille-ville. Au lancement du projet, les deux navettes étaient devenues les premiers véhicules autonomes de transports publics mis en circulation dans le monde. "Le lancement des navettes a attiré des médias du monde entier, comme CNN, Al Jazerra et une chaîne chinoise" se rappelle Christian Bitschnau, vice-président de la Ville de Sion et conseiller municipal chargé de l'urbanisme et de la mobilité.

Le fichier audio est introuvable

Fin de parcours en queue de poisson

Mis à l'arrêt en raison de la pandémie de coronavirus en mars 2020, les deux "Smartshuttle" avaient pu reprendre du service en avril dernier dans le quartier sédunois d'Uvrier. Mais sept mois plus tard, tout s'est arrêté. "On a fait un peu le tour des possibilités de ce qu'on pouvait tester dans la région sédunoise", explique Philippe Cina, responsable marché et clients pour CarPostal Suisse romande, qui regrette la lenteur des avancées technologiques en matière de véhicules autonomes.

"En 2015, on aurait pu penser qu'en 2021 la technologie serait plus développée."Philippe Cina, responsable marché et clients pour CarPostal Suisse romande

Parmi les éléments pas suffisamment développés : les capteurs, l'insertion dans le trafic et le cadre légal. Pour l'heure, les navettes autonomes doivent toujours disposer d'un accompagnateur de bord. Autre problématique : le modèle d'affaires. Les coûts de construction et d'exploitation sont actuellement encore trop chers, déplore Philippe Cina.

Le fichier audio est introuvable

Côté sécurité, l'exploitation des deux navettes a dû être interrompue à deux reprises pour des incidents sans gravité : un hayon ouvert d'une camionnette en 2016 et une légère collision en 2018 avec une voiture. Malgré les quelques revers, les navettes autonomes sédunoises ont surtout permis de faire des avancées. "On a pu interroger les gens sur la peur des véhicules autonomes, faire des études avec les chercheurs de la HES-SO Valais-Wallis. On a beaucoup appris", argumente Philippe Cina.

Fin des navettes autonomes ?

Malgré l'arrêt du projet sédunois, CarPostal n'entend pas pour autant stopper le développement des véhicules autonomes. " Il y a le robot Roby à Saas-Fee, qui transportent les bagages des touristes. C'est un projet rendu possible grâce aux navettes de Sion. Les deux technologies sont assez proches", s'exclame Philippe Cina.

"Plutôt que de parler de fin, Sion a été un point de départ pour les navettes autonomes."Philippe Cina, responsable marché et clients pour CarPostal Suisse romande

La Ville de Sion se dit également ouverte à de nouveaux projets liés aux navettes autonomes. "Si des propositions concrètes sont faites, Sion répondra présent. On a été ouvert à l'innovation dans le passé, on le sera certainement dans le futur", indique Christian Bitschnau.

L'une des deux navettes autonomes sédunoises a été remise au Musée des Transports de Lucerne, où elle sera exposée, a indiqué CarPostal sur le réseau social Facebook.

DM
Les articles les plus lus