Les coûts d'acquisition d'un système anti-aérien doublent

La cheffe du DDPS, Viola Amherd, a commandé une enquête pour éclaircir les raisons de la hausse massive des coûts (archives). ©KEYSTONE/ANTHONY ANEX
Défense
Keystone-ATS
Keystone-ATS

L'acquisition du nouveau système de surveillance de l'espace aérien va coûter plus cher que prévu: la dépense évaluée à 155 millions de francs devrait doubler à 314 millions. Le Départemeent de la Défense (DDPS) a confirmé jeudi l'information de la radio SRF.

L'armée a besoin d'un nouveau système pour remplacer le Florako, introduit en 2004. Il y a trois ans, le DDPS a opté pour le système français Skyview. Il avait approuvé un crédit de 155 millions de francs pour cet achat. Mais aujourd'hui, il s'avère que 159 millions de plus seront nécessaires.

Le DDPS justifie cette hausse massive par des coûts supplémentaires pour le réseau et le cryptage. Il faut compter avec deux crédits en plus de 61 millions et de 98 millions de francs, a indiqué à Keystone-ATS Lorenz Frischknecht, chef adjoint de la communication au DDPS. Les crédits supplémentaires figurent dans le message sur l'armée 2023.

Ces crédits sont nécessaires pour le remplacement du système de conduite Florako ainsi que pour l'acquisition de matériel informatique et l'extension des centres de calcul du DDPS. Au moment de se décider pour le Skyview, on ne connaissait pas encore les détails de la disponibilité du système, a expliqué le porte-parole.

Demande d'explications

A la mi-novembre, la cheffe du DDPS, Viola Amherd, a chargé la société d'audit BDO de procéder à un examen externe des crédits supplémentaires. Selon le DDPS, il s'agit maintenant de vérifier si des erreurs ont été commises et, le cas échéant, lesquelles.

Il s'agit aussi d'examiner si la gestion des risques était clairement établie. A l'avenir, il faut absolument éviter de telles situations, a ajouté Lorenz Frischknecht. Le DDPS communiquera le résultat de l'audit externe.

Parlement informé

Le DDPS a informé les présidents des commissions de politique de sécurité du Conseil national et du Conseil des Etats. Le Département de la défense veut rapidement obtenir des explications sur les raisons de ces coûts à la hausse.

L'armée surveille l'espace aérien suisse 24 heures sur 24. Elle a besoin pour remplir cette mission du système de surveillance et de conduite des opérations Skyview, selon le DDPS.

ATS
Catégories