Les commerces genevois n'ont pas anticipé la levée des mesures

A Genève, la plupart des commerces du centre-ville affichaient encore tôt jeudi matin l'obligation le port du masque (archives). ©KEYSTONE/SALVATORE DI NOLFI
Coronavirus -..
Keystone-ATS
Keystone-ATS

A Genève, la majorité des commerces du centre-ville n'ont pas anticipé la levée des mesures sanitaires. Tôt jeudi matin, avant l'ouverture, l'obligation du port du masque était encore affichée sur la plupart des portes.

Dans les tea-rooms, les masques ont disparu des visages des employés, qui se sont dits soulagés de ne plus devoir contrôler le certificat des clients, moins nombreux cette semaine en raison des vacances scolaires. Attablé derrière un café, un quinquagénaire non vacciné a spontanément déclaré qu'il savourait ce moment.

Chez les professionnels des soins à la personne, où la distance sociale n'est pas possible, l'abandon subi des mesures sanitaires jeudi rappelle la réouverture soudaine du printemps 2020, avec le sentiment d'être à nouveau lâché par les autorités. "C'est la gueule de bois ce matin", a témoigné une esthéticienne indépendante qui a perdu 40% de sa clientèle en deux ans de mesures.

Conditions normales

Toujours obligatoire dans les transports publics, le masque était encore bien porté aux alentours des arrêts de bus et de tram de Rive et de Bel Air. Réuni en séance extraordinaire jeudi, le Conseil d'Etat a indiqué que les exploitants de lieux culturels et sportifs ou les organisateurs de manifestations peuvent décider de l'obligation du port du masque.

De son côté, le festival Antigel, qui a lieu jusqu'à samedi, se réjouit de pouvoir accueillir tous les publics dans des conditions normales, a indiqué une porte-parole. Concerts de rap, de hip-hop, jeu de piste au milieu des zombies: les trois prochaines soirées qui n'affichent pas encore complet s'adressent en particulier aux jeunes et aux familles, un public moins vacciné.

ATS