Les citoyens de Moutier ont choisi 13 élus parmi 4372 candidats

Il aura fallu plusieurs heures au bureau de vote de Moutier (BE) pour retranscrire  dans le système informatique les noms des candidats figurant sur 1602 bulletins rentrés lors de l'élection complémentaire au Conseil de Ville. ©KEYSTONE/Stephane Gerber
Elections com..
Keystone-ATS
Keystone-ATS

La Ville de Moutier (BE) a vécu dimanche un exercice démocratique inédit avec une élection libre pour remplacer 13 conseillers de ville antiséparatistes. Les 4372 électeurs inscrits avaient le choix parmi 4372 candidats potentiels.

"Au total 1187 personnes ont obtenu des voix, parfois une seule", a indiqué à Keystone-ATS le chancelier de la cité prévôtoise Christian Vaquin. "Les opérations sont allées plus vite que prévu grâce à l'outil informatique", a-t-il ajouté. La participation s'est élevée à 36,6%.

Les nouveaux membres du Conseil de ville ont été élus au système majoritaire à un tour sans dépôt de listes. Les électeurs pouvaient donc voter lors de cette élection pour n'importe quelle personne inscrite au registre électoral pour repourvoir les 13 sièges vacants sur les 41 au législatif.

Le mieux élu a obtenu 441 suffrages. Le 13e et dernier candidat 216 suffrages, à noter qu'il s'agit de l'animateur radio Patrick Dujany, célèbre pour ses micros-trottoirs et personnalité mieux connue sous le nom de Duja. Jusqu'ici absent au législatif, les Verts ont réussi à placer l'un des leurs. Parmi les 13 élus figurent une très grande majorité de candidats qui ne cachent pas leur sympathie pour la cause autonomiste.

Les élus ne vont siéger que quelques mois, les élections générales ayant lieu en novembre. Le canton de Berne a jugé que la vacance était trop longue pour gérer les affaires de cette commune de près de 7400 habitants par les 28 membres restants du Conseil de Ville, comme c'est le cas depuis juin 2021.

Dépouillement complexe

Si l'organisation du scrutin a été simple, il en a été autrement des opérations de dépouillement. La chancellerie avait mis en place un dispositif informatique spécial pour permettre la saisie des noms. Au total, une équipe d'une trentaine de personnes a été affectée à cette tâche.

Le citoyen a dû remplir une feuille avec treize lignes. Il n'y a pas eu de tirage au sort pour départager deux candidats à égalité de voix, a précisé le chancelier. Le Conseil municipal avait demandé aux électeurs d'être le plus précis pour éviter les confusions en cas d'homonymie en mentionnant l'âge ou la profession.

Chaque personne élue est tenue de siéger. Celles qui présentent par écrit à la ville un juste motif comme l'âge ou un empêchement professionnel pourront toutefois être dispensé de siéger par le Conseil municipal. Ceux qui acceptent ne pourront pas intégrer des groupes parlementaires ni les commissions.

Transfert de Moutier

Le corps électoral a été appelé aux urnes après la démission en juin dernier des élus antiséparatistes du PLR, de l'UDC et du PSJB en signe de protestation au transfert de Moutier dans le Jura. A l'heure actuelle, le législatif ne compte qu'un élu antiséparatiste représentant le mouvement "Moutier à venir".

Il n'y a pas eu de véritable campagne électorale à Moutier. Les partis autonomistes, majoritaires au Conseil de Ville, n'ont pas officiellement présenté de candidats pour tenir compte de la représentativité des diverses sensibilités de la population. Mais ils avaient établi une liste de sympathisants motivés.

Les partis des élus démissionnaires, PLR, UDC et PSJB, n'ont pas non plus fait campagne et n'ont pas cherché à placer des candidats. Seuls les Verts, qui n'avaient aucun représentant au législatif, et la Jeunesse socialiste jurassienne, ont présenté un candidat.

ATS
Catégories
Les articles les plus lus