Les CFF et la Poste n'échangeront plus les anciens billets de banque

Billets de banque 8e série
Finance
Nathalie Terrettaz
Journaliste RP

S’il vous reste des billets de la huitième série, il est grand temps de les ramener à la banque. Acceptés jusqu’au 30 octobre par les CFF et la Poste, ils ne seront ensuite plus utilisables. Il faudra alors se rendre dans l'agence de la Banque Nationale Suisse la plus proche pour les échanger.

Dernier délai pour utiliser les anciens billets de banque, qu'on garde parfois chez soi entre les pages d'un livre ou au fond d'un tiroir.

A échanger auprès de la BNS

Sont concernés, les billets émis entre 1995 et 2016, ceux de la huitième série. Ils ne sont déjà plus acceptés comme moyen de paiement depuis le mois d’avril 2021. Il était toutefois encore possible de les utiliser aux guichets de la Poste ou des CFF. Mais à partir de ce samedi ce ne sera plus possible. Jean-Raphaël Fontannaz, membre de l’Association valaisanne des banques, le confirme: «A partir du 30 octobre vous ne pourrez plus payer aux CFF ou à la Poste avec ces billets. Il faudra les échanger. C'est la BNS (ndlr: Banque Nationale Suisse) qui assure l'échange des billets de cette série, de façon pour l'instant illimitée.» Mais Jean-Raphaël Fontannaz le rappelle: passé cette date, l'argent garde bien sûr sa valeur. «Y compris après le 30 octobre, quelqu'un qui aurait des billets de la huitième série pourra toujours aller les échanger à l'agence de la BNS la plus proche.»

Tout dépend du montant

Les agences de la BNS se trouvent à Berne et à Zurich, ainsi que dans treize agences, dont une basée à Sion pour notre canton. Pour les petits montants, il suffit de se présenter dans cette agence. Mais pour les sommes plus importantes, c’est un peu différent. «Effectivement, le montant en cash risque de susciter quelques questions de la part de la banque ou de l'agence de la BNS. Parce que s'applique là la loi sur le blanchiment d'argent, s'applique aussi une éventuelle évasion ou oubli fiscal, donc il faudra peut-être justifier de l'origine de la somme», souligne Jean-Raphaël Fontannaz. «Pour les petits montants en revanche, pas de souci on vous fera l'échange sans problème.» Selon lui, jusqu'à 10'000 francs, la facilité d'échange est assurée. «Mais pour les gros montants, au-delà de 100'000 francs, il faudra discuter avec le responsable de l'agence de la BNS, pour voir quelle est l'origine de l'argent, comment se fait-il que vous ayez une telle somme en cash, etc.»

Moins de cash durant la pandémie

La BNS, la Banque Nationale Suisse, tient un décompte exact du nombre de billets en circulation. Selon Jean-Raphaël Fontannaz la crise du Covid n’aurait pas encouragé le besoin de faire des réserves "sous son matelas". Bien au contraire. «Ce qu'on a plutôt constaté ces derniers temps c'est une augmentation de l'argent électronique, des supports digitaux, parce que c'est plus commode pour des questions d'hygiène», explique Jean-Raphaël Fontannaz. «Et les gens ont très rapidement changé, entre le cash et les cartes de crédit, Twint ou d'autres moyens de paiement. Et puis vous avez de plus en plus de banques qui ont des agences sans cash, sans caisse. Donc c'est tout de même assez significatif que le liquide perd en importance.»

Une grande partie des banques acceptent encore de reprendre les billets de la huitième série. Par contre, c'est à leur bon vouloir, précise Jean-Raphaël Fontannaz, qui recommande plutôt d’aller directement à l’agence de la BNS de Sion.

NT

Podcasts liés:

C'est le dernier délai pour échanger nos anciens billets de banques, édités entre 1995 et 2016
Thèmes liés à l'article
BanquesBillets de banqueBNS
Catégories