Les assureurs doivent rembourser les réserves excessives, selon le patron du Groupe Mutuel

Le patron du Groupe Mutuel Thomas Boyer a rencontré la presse ce mercredi à Lausanne (image d'illustration) ©Keystone-ATS
Groupe Mutuel
Sandrine Rovere
Rédactrice en cheffe adjointe

Le patron du Groupe Mutuel veut que les caisses remboursent les réserves excessives aux assurés. Il l'a dit ce mercredi lors d'une rencontre avec la presse romande à Lausanne. Entretien.

Les caisses maladies suisses ont accumulé trop de réserves ces dernières années.
Le directeur général du Groupe Mutuel Thomas Boyer l'a répété mercredi, lors d'une rencontre avec la presse romande à Lausanne.

L'an dernier, pour l'ensemble de la branche, les réserves ont augmenté d'un milliard de francs pour dépasser les 12 milliards. Pour les trois quarts, cette augmentation est à mettre sur le compte de l'épidémie de coronavirus.

400 millions sur quatre ans

Mais l'entreprise installée à Martigny veut poursuivre son programme de remboursement. Celui-ci table sur une ristourne de 400 millions de francs aux assurés sur quatre ans. Pour 2022, cela représente 113 millions de francs.
L'interview de Thomas Boyer :

Thomas Boyer sur l'augmentation des réserves

Pour Thomas Boyer, il faut en revanche rester prudent. Car ces réserves doivent permettre de faire face aux imprévus. Le patron du Groupe Mutuel estime qu'en étalant ce programme de remboursement sur quatre ans, cela permet au groupe de faire face aux surprises.

Cent millions pour le COVID-19

Des surprises, à l'instar du coronavirus. La pandémie a coûté cent millions de francs ces deux dernières années. Mais cela aurait pu être pire. Le report de certaines opérations l'an dernier a permis de limiter la hausse des coûts de la santé, qui oscille habituellement entre 3 et 4%.

Le patron du Groupe Mutuel n'est en revanche pas favorable à ce que la Confédération intervienne au niveau des réserves des caisses. Le Conseil national a accepté lors de sa session de septembre une motion qui veut obliger les assureurs à réduire ces montants. « Attention à ne pas vouloir légiférer à l'excès dans ce domaine là », avertit-il. Il faut pouvoir tenir compte des particularités de chaque caisse, souligne le directeur général.

Thomas Boyer sur l'intervention politique

A noter que le Groupe Mutuel n'est pas le seul assureur à reverser une partie de ses réserves aux assurés. L'an prochain, cela devrait représenter 300 millions de francs sur l'ensemble de la branche.

Discussion sur les coûts de la santé

S'il salue cette démarche, le patron de l'assureur martignerain estime que la réflexion ne doit pas s'arrêter là. Tous les acteurs du monde de la santé doivent se mettre autour de la table et discuter de la question des coûts de la santé, estime-t-il. Il évoque notamment la question du prix des médicaments ou de la planification hospitalière.

Le Groupe Mutuel est passé de 33'000 assurés en 1985 à 1,3 millions aujourd'hui. Pour son directeur général, l'entreprise est en pleine phase de transformation, après avoir subi une véritable hémorragie de ses clients à la fin des années 2010, quand un quart des clients ont quitté le navire.

Parmi les défis de l'avenir, Thomas Boyer évoque notamment le développement des activités en Suisse alémanique, où se trouve une moitié des clients du groupe.

Retrouvez ci-dessous l'interview de Thomas Boyer en version longue:

Thomas Boyer version longue