Le Valais veut attirer davantage d'enseignants en tant qu'employeur

Le Conseil d'Etat soutient la revalorisation des salaires du personnel enseignant. ©Keystone-ats
Scolarité
Oriane Binggeli
Journaliste RP

Le Valais veut devenir plus attractif pour les enseignants, en tant qu'employeurs. Le Grand Conseil a accepté plusieurs propositions allant dans ce sens

Le nombre d'heures données par les enseignantes et enseignants du canton du Valais à l'école primaire doit être revu à la baisse et aligné sur la moyenne suisse. Le Grand Conseil a accepté jeudi un postulat allant dans ce sens. Un pas supplémentaire pour améliorer l'attractivité de la fonction et du Valais.

Les enseignants primaires valaisans donnent 32 périodes hebdomadaires, alors que la moyenne suisse se situe à 29 périodes par semaine. "Un record aberrant" qui pèse sur l'attractivité du canton, dénoncent les postulants issus du parti chrétien-social haut-valaisan.

En prenant le train, un jeune enseignant haut-valaisan qui va par exemple enseigner dans l’Oberland bernois travaille 4 heures de moins par semaine tout en gagnant plus que ses collègues qui restent en Valais, illustrent-ils. Le Haut-Valais est particulièrement marqué par une pénurie d'enseignants. Le plénum a suivi par 99 oui, 23 non et 3 abstentions.

Plus tôt, les députés ont accepté par 123 oui et une abstention de supprimer la classe d'attente pour les enseignantes et enseignants, actant ainsi la modification de la loi sur le traitement du personnel de la scolarité obligatoire et de l’enseignement secondaire du deuxième degré général et professionnel. Depuis 2015 et pour des raisons d'économies, ces personnes gagnaient 5% de moins les douze premiers mois de leur prise de fonction.

ATS
Catégories
Les articles les plus lus