Le Valais mal parti pour récupérer la formation des policiers vaudois, genevois et valaisans

L'Académie de police de Savatan ©Keystone-ats
Savatan
Didier Morard
Journaliste

Le Conseil d'Etat vaudois a validé le principe de l'installation d'une école de police sur la place d'armes de Moudon. Cette décision vient quasiment donner un coup de grâce à l'Académie de Savatan.

Quand l'école de Savatan fermera-t-elle ses portes? La question est sur toutes les lèvres après une intervention urgente déposée la semaine dernière au Grand Conseil valaisan. Le texte de la députée centriste Françoise Métrailler révélait que la Convention qui lie la Confédération et les cantons de Vaud, Genève et du Valais arrive à échéance au 31 décembre 2022. Interrogé par Rhône FM, le chef du Département de la sécurité, des institutions et du sport Frédéric Favre confirme l'information mais nuance la date de fin d'exploitation du site Savatan. "Au niveau du Département de la défense, on est d'accord de prolonger la convention pour autant que les cantons amènent un projet pour la suite, parce qu'on ne pourra pas rester à Savatan", explique le conseiller d'Etat.

Moudon ou Saint-Maurice ?

Se pose désormais la question du site de remplacement de Savatan. Moudon et Saint-Maurice sont sur les rangs pour accueillir l'académie. "Les deux projets sont en concurrence", reconnaît Frédéric Favre. Mais la commune vaudoise semble avoir pris un ascendant sur son concurrent valaisan. L'organe de gouvernance de l'école de Savatan a fait son choix tout comme le Conseil d'Etat vaudois qui a fait savoir ce mercredi qu'il avait validé le principe de l'installation d'une école de police à Moudon. " Nous, on a joué le jeu en allant sur territoire vaudois pendant des années. Il n'y a pas de raison que Savatan à quelques mètres de Saint-Maurice ne puisse juste pas descendre du rocher, se mettre en plaine et offrir la même qualité de formation."

Frédéric Favre : "on a joué le jeu en allant sur territoire vaudois pendant des années."

Outre la proximité de Savatan avec Saint-Maurice, Frédéric Favre ne voit en la cité agaunoise que des avantages pour le troisième site romand en termes de formation des policiers. "Saint-Maurice a un historique au niveau de la sécurité. Descendre l'Académie de Savatan à Saint-Maurice, sur l'axe ferroviaire Genève-Lausanne-Saint-Maurice, c'est aussi un avantage inconditionnel. Si vous regardez Moudon, le déplacement se fait en bus ou en changeant de train", argumente Frédéric Favre.

Les avantages de Saint-Maurice

Quelle marge de manœuvre pour le Valais ?

Si la décision de privilégier la place d'arme de Moudon est entérinée côté vaudois, Frédéric Favre ne baisse pas les bras. Le ministre PLR espère bien encore peser dans le débat. " On va discuter des différents projets. A Saint-Maurice, on a des atouts à démontrer. Soit on trouve un arrangement, soit les personnes qu'on met en formation à Savatan formeront nos propres aspirants en Valais tout en collaborant avec les autres cantons. Si demain on pense que de former une classe de Valaisans en Valais avec des instructeurs qui viennent de Suisse romande est la meilleure solution, on la prendra", assure Frédéric Favre.

Une formation à la valaisanne ?

La décision finale avec les partenaires, vaudois, genevois et valaisans est attendue pour la fin de l'année.

DM
Les articles les plus lus