Le Valais compte davantage de fondations qu'en moyenne suisse

La Fondation Gianadda, à Martigny
Société
Didier Morard
Journaliste

Le secteur des fondations se porte bien en Valais. Le nombre de fondations pour 10'000 habitants est supérieur à la moyenne nationale.

Chaque jour une nouvelle fondation voit le jour en Suisse. L'an dernier, 365 nouvelles entités de ce type ont été créées dans le pays. Un chiffre en forte augmentation par rapport à l'année précédente, note le rapport annuel sur les fondations en Suisse. En Valais, 20 nouveaux organismes ont été constitués, contre 17 liquidations. Au total, le canton compte 591 entités, soit 16,8 fondations pour 10'000 habitants. Un chiffre au-dessus de la moyenne nationale (15,5). " On a de nombreuses fondations dans notre canton qui sont liées aux domaines de la culture et du social, où de nombreuses tâches, sont faites par des fondations qui sont financées par l'Etat du Valais. On peut penser à tout le travail qui est fait par les institutions sociales, par exemple pour les personnes en situation de handicap", développe Mathias Reynard, chef du Département valaisan de la santé, des affaires sociales et de la culture.

Explication de Mathias Reynard sur le nombre de fondations en Valais

En Suisse, plus de la moitié des fondations sont liquidées après dix ans d'activité. L'objectif du canton est désormais de les pérenniser. " On pourrait imaginer une grande fédération des fondations qui chapeaute le tout. On pourrait imaginer des organes de l'Etat du Valais qui le font. On travaille aussi sur des mandats de prestation, qui seront dorénavant davantage ancrés sur le plus long terme", explique le ministre socialiste.

Un financement assuré

Outre le mécénat privé, ces fondations d'utilité publique obtiennent pour la plupart des aides étatiques. "On a des fondations pour lesquelles on a des subventions annuelles. Cela étant, vous avez des fondations qui ont des mandats de prestation très détaillés. Des montants importants mais aussi des exigences qui sont importantes en termes de qualité de prise en charge, tout comme le sérieux en termes de gestion financière de la fondation", indique Mathias Reynard. Le Saviésan se réjouit en outre du bon accueil des députés sur les subventions de l'Etat envers les fondations : "Les députés sont attachés à ces fondations, à leur travail et à leur rayonnement. Si on prend l'exemple de la Fondation Gianadda, c'est un apport tellement plus élevé pour la culture valaisanne que ce qui est investi. On ne pourrait jamais arriver à un tel rayonnement simplement avec l'argent de l'Etat du Valais."

DM