Le trou noir au centre de la Voie lactée a généré une bulle de gaz

Le trou noir supermassif Sagittarius A* se trouve au coeur de notre galaxie, la Voie lactée (archives). ©KEYSTONE/EPA/ESO / SERGE BRUNIER
Astronomie
Keystone-ATS
Keystone-ATS

Des astronomes ont observé l'apparition fugitive d'une bulle de gaz circulant à des vitesses "ahurissantes" autour du trou noir qui se trouve au centre de notre galaxie, la Voie lactée, selon une étude. La durée de vie du phénomène n'a pas dépassé quelques heures.

La détection de cette bulle pourrait fournir des informations sur le comportement des trous noirs, affirme l'étude parue jeudi. Ces objets astronomiques sont d'autant plus mystérieux, qu'ils sont littéralement invisibles, leur force de gravitation étant telle que même la lumière ne peut s'en échapper.

Sagittarius A*, le trou noir supermassif tapi au coeur de la Voie lactée, se trouve à environ 27'000 années-lumière de la Terre. Il a été détecté grâce au mouvement d'étoiles en orbite autour de lui. La collaboration EHT, un réseau mondial de radiotélescopes, a publié en mai dernier la première image de l'anneau de matière ceinturant le trou noir avant d'y être absorbé.

ALMA, un de ces radiotélescopes, situé au Chili, a capté un signal "très surprenant" dans les données d'observation de Sagittarius A*, a expliqué à l'AFP l'astrophysicien Maciek Wielgus, de l'institut allemand Max Planck. Quelques minutes avant la collecte de ces données par ALMA, le télescope spatial Chandra a détecté "une énorme émission" de rayons X en provenance de Sagittarius A*, a-t-il détaillé.

D'origine magnétique

Cette bouffée d'énergie, jugée similaire aux tempêtes solaires du Soleil, a projeté une bulle de gaz à toute vitesse autour du trou noir, selon l'étude parue dans la revue Astronomy and Astrophysics.

Le phénomène observé pendant environ une heure et demie a permis de calculer que la bulle de gaz effectuait une orbite complète du trou noir en seulement 70 minutes, soit à une vitesse équivalant à 30% de celle de la lumière, qui va à 300'000 km par seconde. C'est une vitesse qui "défie l'imagination", selon Maciek Wielgus.

Le phénomène serait d'origine magnétique, selon une théorie exposée par le scientifique. Le champ magnétique du trou noir est si puissant qu'il empêche une partie de la matière circulant autour d'y être absorbé. Mais cette accumulation de matière débouche sur une "éruption de flux", qui fait une brèche dans le champ magnétique et relâche une bouffée d'énergie, sous la forme d'une bulle de gaz, selon l'astrophysicien.

Les observations effectuées sur ces champs magnétiques doivent aider à comprendre le fonctionnement des trous noirs. Elles pourraient aussi indiquer à quelle vitesse ces trous noirs tournent sur eux-mêmes.

ATS
Catégories
Les articles les plus lus