Le prix de l'essence baisse moins vite que le prix du pétrole. La faute à Poutine et à la météo

Christian Hermann
Rédacteur en chef adjoint

En Valais, on paie actuellement le litre d'essence à peine moins de frs 2.20 et frs 2.37 en moyenne pour le diesel. En clair, le prix des combustibles a diminué nettement moins vite que le prix du baril de pétrole. Poutine et la météo en seraient les principaux responsables.

Le prix du baril a diminué de 22% en 4 mois mais la baisse du prix de d’essence s'est limitée à moins de 7% et même 6 pour le diesel.
Avec des pleins à plus de 100 francs, cette différence interroge.
Il y a quatre mois, la théorie se résumait à lier la répercussion des prix du baril à la pompe, à la hausse comme à la baisse. Lorsque le Brent a pris l’ascenseur, l’augmentation a été instantanée. Mais lorsqu’il a diminué, il a fallu s’accrocher pour constater le même effet en station-service.
En fait, d’autres facteurs sont venus influencer le tarif de l’essence ces derniers mois. La guerre en Ukraine a massivement fait grimper les prix du carburant, en particulier pour faire passer le brut au produit final, raffiné et livré. Mais la météo a aussi joué un rôle considérable : avec peu de précipitations, voilà que le Rhin ne peut plus porter des bateaux remplis à bloc de carburants. Du coup, moins de volume par voyage influence directement le prix du litre d'essence comme de mazout, explique Yvan Maistre préside Oilcit Valais-Wallis, l’association valaisanne des négociants en combustibles et des réviseurs de citernes.

Le mazout n'a évidemment pas échappé aux fluctuations. Pour 100 litres, il est passé de 65 francs fin juillet 2020 à frs 168, deux ans plus tard (et pour une commande minimale de 3000 litres) selon le comparatif en ligne de Migrol.Ces aléas se retrouvent aussi pour le mazout passé de mais avec la garantie d’être livré, précise Yvan Maistre, également directeur de Petrol Carbona SA qui continue à défendre la fiabilité des énergies fossiles.

Sachez que Monsieur Prix a annoncé début juin qu’il se pencherait sur la hausse massive des prix de l'essence et du diesel de ces derniers mois en Suisse. Il entend examiner de près les marges du secteur.
A titre indicatif, l'essence se négocie à environ 2 euros en France mais avec une aide de l'Etat et à moins d'un euro 80, en Italie.

CH
Thèmes liés à l'article
Catégories