Le premier tiers aura encore été fatal à Sierre dans le derby

Viège-Sierre ©Rhône FM
Hockey
Christophe Moreillon
Journaliste sportif

La fête a été totale pour le HC Viège ce vendredi. Auteur d'un premier tiers de feu, le club haut-valaisan s'est imposé 4 à 1 face à Sierre dans une Lonza Arena comble.

La Lonza Arena avait enfilé sa tenue des grands soirs à l’occasion de la venue du HC Sierre ce vendredi. Raclette offerte à tous, diverses animations musicales avant et pendant la rencontre, présence de nombreuses anciennes gloires et présentation de l’ensemble du mouvement juniors sur la glace: la fête promettait d’être belle. À deux heures du coup d’envoi, les fans du HC Viège étaient d’ailleurs déjà nombreux à se presser aux abords d’une patinoire qui s’apprêtait – enfin – à vibrer après avoir sonné creux durant de trop longs mois.

Départ canon du HC Viège

Sur la glace, ce sont deux équipes en confiance et bien décidées à poursuivre leur bonne série respective qui se retrouvaient face à face pour le premier engagement sur le coup de 19h45. Dix secondes plus tard, les Haut-Valaisans prenaient déjà les commandes grâce à une réussite de l’inévitable Linus Klasen. Un départ canon sur lequel les hommes de Per Hanberg allaient pouvoir construire la suite de ce derby. On jouait depuis moins de six minutes que le break était fait, Klasen se transformant cette fois en passeur pour Chiriaev. «C'était une soirée de gala et on s'est trompé de costume. On a mis le noeud papillon alors que l'on aurait dû enfiler le bleu de chauffe», peste l'entraîneur sierrois Dany Gelinas.

«Notre entame de match a été incroyable. Cela faisait partie de notre plan.»Evgeni Chiriaev, attaquant du HC Viège

Alors qu’ils ne souhaitaient surtout pas reproduire le même schéma que lors du premier derby qui les avait vu rejoindre une première fois les vestiaires avec un passif de deux buts, les Sierrois ont fait encore pire ce vendredi. Après 20 minutes et deux réussites supplémentaires venues de la crosse de Brügger, les «rouge et jaune» étaient déjà menés 4-0. «Notre entame de match a été incroyable. Cela faisait partie de notre plan d'entrer très fort dans ce derby. On jouait à domicile, à guichets fermés donc il fallait vraiment leur mettre la pression d'entrée», relève l’attaquant viégeois Evgeni Chiriaev.

Sierre remporte les deux derniers tiers

Comme on pouvait s'y attendre, des choses ont été dites dans le vestiaire sierrois durant la première pause. «Le coach nous a dit que ce début cauchemardesque était derrière nous et qu'il fallait aller de l'avant», explique le défenseur des «rouge et jaune» Nicolas Dozin. «Il a insisté sur le fait que s'ils avaient été capables d'en mettre quatre en vingt minutes, on était capables de le faire lors des quarante suivantes.». Reboostés par les paroles de leur entraîneur et profitant, aussi, de l'attitude en mode «gestion» de leur adversaire, les visiteurs se sont montrés bien plus à leur avantage (parfois même dominateurs) lors du tiers médian. Si bien que  le «but de l'espoir» signé Rimann peu après la 38ème apparaissait comme une juste récompense des efforts fournis. «À 4-0, les émotions sont un peu redescendues. On a changé notre façon de jouer et Sierre en a profité pour nous mettre en difficulté», reconnaît encore Evgeni Chiriaev.

«Les regrets sont gros en voyant ce que l'on a produit dans les deux derniers tiers.»Nicolas Dozin, défenseur du HC Sierre

À l'heure d'aborder la dernière période, les nombreux fans sierrois présents dans les travées de la Lonza Arena commençaient à croire à une improbable remontée des leurs. Malheureusement pour eux, malgré la pression mise par le top scorer Eric Castonguay et ses coéquipiers sur la cage adverse (16 tirs sur le but lors des 20 dernières minutes), le score n'a plus évolué jusqu'à la sirène finale, validant ce succès 4-1 du HC Viège. «Les regrets sont gros en voyant ce que l'on a produit dans les deux derniers tiers», soupire Nicolas Dozin. «L'ambiance était belle et on avait vraiment à coeur de ramener cette victoire à nos fans. Mais voilà, ce soir, on a trébuché et il faudra vite se relever.»

«Un match se joue sur soixante minutes. Il faut être au rendez-vous à la bonne heure et c'est la deuxième fois qu'on ne l'est pas face à eux.»Dany Gelinas, entraîneur du HC Sierre

Les regrets du numéro 44 de Graben sont partiellement partagés par son entraîneur: «Un match se joue sur soixante minutes. Il faut être au rendez-vous à la bonne heure et c'est la deuxième fois qu'on ne l'est pas face à eux. Il faut que j'analyse ce que j'ai fait ou pas fait cette semaine. Il faut que je trouve ce qui a cloché mais ce qui est sûr, c'est que j'ai loupé quelque chose.» La grimace dans le camp sierrois, le sourire dans le camp viégeois. «Pour le moment, tout roule pour nous», apprécie Evgeni Chiriaev. «Mais il faut garder la tête froide. On doit continuer à bien construire l'équipe et à grandir.» 

Dimanche, le HC Viège tentera de poursuivre sa série en se déplaçant sur la glace de Kloten. Sierre a lui jusqu’à mardi et la réception de Thurgovie à Graben pour digérer et corriger ce qui n’a pas fonctionné dans ce deuxième derby de la saison.

CM
Thèmes liés à l'article
HockeySwiss LeagueHC ViègeHC Sierre
Catégories
Dossier HC Sierre