Le PPE demande une amélioration des relations Suisse-UE

Lors de son congrès à Rotterdam le 1er juin, le Parti Populaire Européen (PPE) se prononcera sur une résolution demandant une amélioration des relations entre la Suisse et l'UE (image symbolique). ©KEYSTONE/GAETAN BALLY
Suisse - UE
Keystone-ATS
Keystone-ATS

Le Parti Populaire Européen (PPE) devrait adopter une résolution sur la Suisse lors de son congrès le 1er juin à Rotterdam. Le texte demande une "coopération constructive entre la Suisse et l'UE".

Il est dans l'intérêt des deux partis de stabiliser la relation UE-Suisse et de la développer sur la base de règles communes fortes, peut-on lire dans le projet de résolution mis en ligne sur le site Internet du congrès du PPE.

Présentée par le parti conservateur autrichien ÖVP, la résolution aurait initialement dû être adoptée l'année dernière mais le congrès du parti avait été annulé en raison de la pandémie. En outre, quelques modifications ont dû être apportées au texte.

L'espoir d'une désescalade

L'idée de cette résolution vient de la conseillère nationale Elisabeth Schneider-Schneiter (Centre/BL), dont le parti est également membre du PPE. La politicienne, qui participera probablement au congrès à Rotterdam, a également travaillé intensivement sur le texte.

Elle s'est donc montrée satisfaite du résultat obtenu. Il s'agit d'une "résolution d'égal à égal", a déclaré la conseillère nationale à l'agence de presse Keystone-ATS.

Elle est en outre convaincue que la reprise des sanctions de l'UE par la Suisse a aidé. "Cela montre l'importance d'une coopération non seulement en matière de politique économique, mais aussi de politique de sécurité avec l'UE", souligne-t-elle.

Mme Schneider-Schneiter espère que la résolution du PPE "contribuera à la désescalade dans les relations entre la Suisse et l'UE".

Eviter la détérioration

Dans le projet de résolution, le PPE regrette la rupture des négociations sur l'accord-cadre. Cela a, selon lui, mis l'UE et la Suisse dans une situation difficile.

En conséquence, aucun nouvel accord n'est actuellement conclu "et le risque existe que les accords actuels s'érodent". Cela affaiblit considérablement la relation UE-Suisse. De plus, cela entraîne une insécurité juridique "pour les entreprises dans les Etats de l'UE comme en Suisse", poursuit le texte.

Et d'ajouter qu'il est dans l'intérêt des deux parties "que la Suisse soit à nouveau associée" au paquet Horizon-Europe, qui comprend différents programmes de recherche, ainsi qu'au programme de formation de l'UE "Erasmus plus".

Dans son projet de résolution, le PPE salue la reprise par la Suisse des sanctions de l'UE contre la Russie. Finalement, il demande aux deux parties d'éviter une nouvelle détérioration des relations bilatérales, car une nouvelle escalade pourrait avoir des "conséquences drastiques et de longue durée".

ATS
Catégories
Les articles les plus lus
album_image
En ce moment
Ce SoirAMIR