Le point sur l'invasion russe

Marioupol, la ville martyre. ©KEYSTONE/AP/Alexei Alexandrov
Ukraine
Keystone-ATS
Keystone-ATS

Situation sur le terrain, réactions internationales, sanctions: le point sur l'invasion de l'Ukraine par la Russie.

Venue de responsables américains à Kiev

Une rencontre entre le président ukrainien Volodymyr Zelensky, le chef de la diplomatie américaine Antony Blinken et le ministre américain de la Défense Lloyd Austin s'est tenue dimanche soir à Kiev, selon la présidence ukrainienne.

"Les Américains sont à Kiev aujourd'hui. Ils discutent en ce moment même avec le président", a déclaré, dans un entretien diffusé dans la soirée sur Youtube, un conseiller du président ukrainien, Oleksiï Arestovitch.

Kiev propose des pourparlers à la Russie

L'Ukraine a proposé à la Russie des pourparlers à côté du vaste complexe métallurgique Azovstal à Marioupol (sud-est), où sont toujours retranchés des combattants et des civils ukrainiens dans une ville dévastée en grande partie sous contrôle russe, a annoncé dimanche la présidence ukrainienne.

"Nous avons invité les Russes à tenir une session spéciale de pourparlers juste à côté du site d'Azovstal", a déclaré lors d'un briefing un conseiller du président ukrainien Volodymyr Zelensky, Oleksiï Arestovitch, indiquant "attendre la réponse" de la délégation russe.

L'ONU appelle à une trêve "immédiate"

L'ONU a appelé dimanche à une trêve "immédiate" à Marioupol, pour permettre l'évacuation de quelque 100'000 civils encore coincés dans ce port ukrainien presque entièrement contrôlé par l'armée russe, dans un communiqué de son coordinateur en Ukraine.

"Il faut une pause dans les combats tout de suite pour sauver des vies. Plus nous attendons, plus les vies seront menacées. Ils doivent être autorisés à évacuer maintenant, aujourd'hui. Demain ce sera trop tard", a indiqué Amin Awad.

Kiev avait indiqué plus tôt dimanche que les forces russes continuaient à bombarder cette ville stratégique sur la mer d'Azov et notamment l'aciérie Azovstal, ultime poche de résistance des combattants ukrainiens et refuge de centaines de civils.

60e jour de guerre

Alors que la guerre est entrée dans son troisième mois, les combats se sont poursuivis dimanche dans l'est et le sud du pays,

Kharkiv (nord-est), deuxième ville d'Ukraine, est toujours "partiellement bloquée" par les Russes, qui continuent de la bombarder, selon l'état-major ukrainien.

L'armée russe a de son côté indiqué avoir mené des frappes de missiles contre neuf cibles militaires ukrainiennes, dont quatre dépôts de munitions au sud de la région de Kharkiv. Moscou a aussi dit avoir mené des frappes aériennes contre 26 cibles, et 423 frappes d'artillerie.

Dans le bassin du Donbass, les troupes russes ont "intensifié leurs offensives" dans trois directions, selon Kiev: Severodonetsk, capitale de facto de la région de Lougansk sous contrôle ukrainien, Popasna, une cinquantaine de kilomètres plus au sud, et Kourakhikva, proche de Donetsk.

Pas de trêve pascale

"Sauvez tous les Ukrainiens", a lancé dimanche sous forme de prière le président Volodymyr Zelensky qui en a appelé au jugement de Dieu dans un discours à l'occasion de la fête de Pâques orthodoxe. "N'oubliez pas Boutcha, Irpin, Borodianka, Gostomel", a-t-il imploré, énumérant comme une litanie une série d'autres noms de lieux où Kiev accuse les forces russes d'atrocités envers des civils.

Le pape François a de son côté renouvelé son appel à une trêve dans les combats et l'arrêt des attaques contre "des populations épuisées", devant des milliers de fidèles rassemblés place Saint-Pierre.

Ursula von der Leyen en Inde

Sur le front diplomatique, la présidente de la Commission européenne Ursula von der Leyen devrait évoquer la neutralité affichée par New Delhi sur la guerre en Ukraine lors d'une visite entamée dimanche en Inde, où elle rencontrera lundi le Premier ministre Narendra Modi.

Le secrétaire général de l'ONU Antonio Guterres est attendu lundi en Turquie, pays qui tente de jouer les médiateurs dans le conflit en Ukraine, avant de se rendre à Moscou puis à Kiev. Une chronologie "erronée" selon le président Zelensky, qui estime qu'il aurait dû aller à Kiev d'abord.

L'OSCE inquiète pour ses employés

L'OSCE s'est dite dimanche "extrêmement inquiète" après l'arrestation de quatre de ses membres dans les territoires séparatistes prorusses de l'est de l'Ukraine, et a appelé à leur "libération immédiate".

Peu après l'invasion russe le 24 février, l'organisation pour la Sécurité et la Coopération en Europe (OSCE) avait évacué plusieurs centaines d'observateurs issus de dizaines de pays qui surveillaient le cessez-le-feu depuis 2014.

ATS
Catégories