Le PLR dit oui au financement de Frontex et non à la loi Netflix

Refuser Frontex, c'est prendre le risque de devoir sortir du système Schengen-Dublin, a expliqué devant les délégués du PLR la conseillère fédérale Karin Keller-Sutter. ©KEYSTONE/CYRIL ZINGARO
Partis
Keystone-ATS
Keystone-ATS

Réunis samedi en assemblée à Montreux, les délégués du PLR Suisse ont arrêté leurs mots d'ordre pour les objets fédéraux en votation le 15 mai prochain. Ils ont très nettement accepté le renforcement de Frontex et largement refusé la "lex Netflix".

"La protection des frontières extérieures, c'est assurer la sécurité et la liberté de notre pays", a affirmé la conseillère fédérale PLR Karin Keller-Sutter, défendant à la tribune le renforcement du mandat de l'Agence européenne de garde-frontières et de garde-côtes et l'augmentation de la contribution financière de la Suisse à Frontex.

Refuser Frontex, c'est prendre le risque de devoir sortir du système Schengen-Dublin, selon elle. "Si on joue avec le feu, il ne faudra pas s'étonner ensuite que la maison brûle", a-t-elle imagé.

Les délégués ont largement suivi son argumentaire. Ils ont soutenu par 335 voix contre 6 et 2 abstentions la loi Frontex et donc accepté de combattre le référendum lancé par Migrant Solidarity Network et soutenu par la gauche. Il n'y a pas eu de débat sur cette question.

Valeur de liberté versus valeur culturelle

Les délégués ont, en revanche, désapprouvé à 275 voix contre 53 et 10 abstentions la Lex Netflix, un projet qui vise à protéger la création cinématographique suisse indépendante. Cet objet a suscité un court débat et plusieurs interventions.

Les services de streaming (Netflix, Disney+, etc) et les diffuseurs étrangers, comme TF1 ou M6, devront affecter 4% de leurs recettes brutes réalisées en Suisse au secteur. Ils seront également obligés de programmer 30% de films européens. Jugé trompeur, ce texte a été attaqué par référendum par les jeunes UDC, PLR et PVL qui dénoncent un impôt extraordinaire.

Le président des Jeunes PLR Suisse, Mathias Müller, a mis en garde qu'avec une telle loi les producteurs répercuteront les frais sur les consommateurs et augmenteront le prix des abonnements. Avec un risque, celui de voir des utilisateurs se diriger vers des sites de téléchargement illégaux. "Chacun devrait être libre de décider ce qu'il veut regarder ou non. L'Etat ne doit pas nous dicter ce que nous devons regarder", a lancé M. Müller.

Avec une voix divergente, le conseiller aux Etats vaudois Olivier Français a rappelé que le Parlement avait voté clairement pour la Lex Netflix, une loi qui défend la créativité et la pluralité. Cette valeur culturelle est peut-être plus importante que celle de liberté.

A fond derrière la réforme de l'AVS

La réforme AVS 2021, dont le point central est l'augmentation de l'âge de la retraite des femmes de 64 à 65 ans, était aussi au menu. Un référendum a été lancé contre ce projet, adopté par le Parlement en décembre, et les électeurs auront le dernier mot en septembre. L'ancien conseiller fédéral Pascal Couchepin est notamment venu délivrer ses arguments sur le sujet et les délégués ont clairement dit oui (217 contre 2) à cette réforme.

Vendredi soir, la Conférence des présidents de partis (CPP) s'est prononcée à l'unanimité en faveur de la loi sur la transplantation, aussi soumise au peuple le 15 mai. Le texte ancre juridiquement le modèle du consentement présumé au don d'organes au sens large.

ATS
Catégories
Les articles les plus lus