Le PDC du Valais romand accepte largement de s'appeler Le Centre

Après la décision du PDCVR, toutes les sections romandes ont opté pour le nom Le Centre, sauf le Jura qui ne prendra pas de décision avant la fin 2022 (image d'illustration). ©KEYSTONE/GAETAN BALLY
Parti
Keystone-ATS
Keystone-ATS

Les membres du PDC du Valais romand réunis en congrès à Conthey ont accepté jeudi soir à une large majorité de rebaptiser le parti. Il s'appellera désormais Le Centre, comme le parti national.

Le nom Le Centre Valais romand a été accepté par 328 voix contre 20 et 7 abstentions (comptant comme des non) lors d'un vote à main levée. La majorité qualifiée des deux tiers a ainsi été atteinte.

"Le changement de nom n'est pas une fin en soi. C'est le début d'un long processus", a déclaré avant le vote le président du PDCVr Joachim Rausis. "Il y aura un important travail à faire au niveau des structures du parti et du militantisme. Nous devons apprendre à faire de la politique différemment", a-t-il précisé.

Les pour et les contre

Une dizaine de membres ont pris la parole pour défendre ou s'opposer au changement de nom, dont Marianne Maret. La conseillère aux Etat avait refusé le changement d'appellation lors de l'assemblée des délégués du PDC suisse, elle a ensuite changé d'opinion.

En tant qu'élue à Berne, elle a "cheminé" avec ce nouveau nom et ce n'est "pas si désagréable à porter", a-t-elle admis. La sénatrice voit aussi dans ce changement l'opportunité pour le parti de prendre conscience qu'il a perdu la majorité absolue au Conseil d'Etat lors des élections de 2021 et qu'il s'agit d'être désormais "plus offensif, plus visible".

Le conseiller national Benjamin Roduit, lui aussi opposé dans un premier temps au changement de nom, a ensuite pris de la distance sur le sujet jusqu'à y être favorable. "Il n'y a pas de politique chrétienne ou de valeurs chrétiennes qui soient de gauche ou de droite", a-t-il déclaré, "le changement de nom n'est plus un thème à condition que nos valeurs soient au cœur de toutes nos décisions".

La députée-suppléante au Grand Conseil Patricia Meylan s'est, elle, opposée au changement d'appellation. "Je suis démocrate-chrétienne parce que je me sens démocrate-chrétienne et tourner le dos au terme chrétien, c'est tourner le dos à notre culture", a-t-elle argumenté.

Comité soutenu

En acceptant la nouvelle appellation, le congrès a soutenu le comité directeur du parti qui s'était préalablement prononcé en sa faveur par 11 voix contre 1 et une abstention. Le comité s'était basé notamment sur les travaux d'un groupe de réflexion.

Ce dernier, mis sur pied au lendemain des élections cantonales de 2021 et de la perte par le PDC de la majorité absolue au Conseil d'Etat, a notamment planché sur le changement de nom. Il a mené un sondage interne auquel ont participé plus de 900 membres, dont 73% se sont montrés favorables à la nouvelle appellation.

Quant aux Jeunes démocrates-chrétiens du Valais romand, ils ont ouvert la voie il y a une semaine en acceptant le changement de nom par 36 voix contre 1 et 1 abstention, s'appelant désormais les Jeunes du Centre Valais romand.

Jusqu'en 2025

Approuvé en novembre 2020, le changement de nom au niveau national est intervenu suite à la fusion entre le PDC et le PBD. Les sections cantonales ont jusqu'en 2025 pour se décider.

Toutes les sections romandes ont opté pour Le Centre, sauf le Jura qui a annoncé en novembre dernier qu'il ne prendra pas de décision avant la fin 2022.

ATS