Le PDC du Haut-Valais se dit prêt à réfléchir à abandoner son nom, selon sa présidente

«C’est vrai que depuis que le PDC Suisse est devenu “Le Centre”, la situation a changé», admet Franziska Biner. ©DR
Politique
Diana-Alice Ramsauer
Journaliste RP

Ils étaient farouchement opposés à s’appeler « Le Centre - Die Mitte». Mais depuis que le PDC Suisse a bel et bien changé de nom, la situation a évolué. La présidente haut-valaisanne du CVPO, Franziska Biner se dit désormais prête à lancer la réflexion.

La présidente du PDC du Haut-Valais (CVPO), Franziska Biner préférerait aborder les dossiers de législature. C’est ce qu’elle nous dit au téléphone lorsque nous lui posons la question, «Le CVPO va-t-il devenir "Die Mitte"?» Mais avec le récent sondage du PDCVr qui annonce que 73% de ses membres sont favorables à la nouvelle appellation, impossible de passer à côté.

«C’est vrai que depuis que le PDC Suisse est devenu “Le Centre”, la situation a changé», admet-elle.

Une ouverture vers le changement

Il faut dire que le CVPO avait été particulièrement virulent contre la suppression du «C» de «chrétien», le conseiller aux Etats haut-valaisan Beat Rieder allant jusqu’à dire que sans cette lettre, le parti n’avait pas d’avenir.

Mais aujourd’hui, changement de discours. Après avoir lutté au niveau suisse pour garder le nom «PDC», il est temps de rediscuter de l’appellation régionale. «Ce qui est important pour nous, ce sont les valeurs du mot chrétien, pas forcément le terme en lui-même, explique Franziska Biner. Pour ma part, vu la situation, je suis ouverte au changement. Mais c’est aux membres de choisir.»

Des discussion «pas si fondamentales» dans le Haut Valais

Aux membres de choisir, certes, mais pour cela, il faut leur poser la question. Et pour l’instant, le sujet n’est pas à l’ordre du jour. «Nous n’avons pas fixé de délai pour la réflexion, admet Franziska Biner. Nous n’avons pas non plus décidé sous quelle forme le débat se déroulerait.» Aucun «grand sondage» n’est à l’agenda.

«Avec le CVPO, nous avons toujours eu de bons résultats ces dernières années, explique Franziska Biner. Nous sommes toujours le plus grand parti dans le Haut Valais. Pour nous, ce n’est donc peut-être pas si fondamental de mener des discussions sur le nom».

Deux salles, deux ambiances. A titre d'exemple, le PDCVr a perdu 5 sièges au Grand Conseil (alors que le CVPO est resté stable et le CSPO en a perdu 2), faisant échouer le parti à garder sa majorité absolue.

On ne change jamais une équipe qui gagne

Si le PDCVr a mené d’importantes réflexions concernant sa réorganisation stratégique, une telle révision n’est pas prévue dans le parti du haut. Pourtant, les membres romands ont été 80% à demander une intensification de la collaboration avec la partie germanophone. Franziska Biner salue cette nouvelle. Mais cela n’ira certainement pas jusqu’à la création d’un parti unique nommé «Le Centre Valais-Wallis», regroupant tous les partis de l’(ex-) famille «C».

«Je n’ai jamais envisagé une telle solution, avoue la présidente du CVPO en rigolant. Nous travaillons très bien ensemble. Dans le Haut, les petites sections fonctionnent bien, on est très fort dans les districts, je n’imagine donc pas de plus grande centralisation.»

Et d’ajouter: «Never change a winning team».

dar
Thèmes liés à l'article
Catégories
Les articles les plus lus