Le Parlement des Jeunes pourrait changer de statut

Nathalie Terrettaz
Journaliste RP

Le Parlement des Jeunes du Valais a besoin d'être redynamisé. Le Grand Conseil décidera la semaine prochaine s’il figurera ou non dans la Loi en faveur de la jeunesse. La nouvelle version pourrait être sur pied pour la prochaine rentrée scolaire.

Créé en 1995, il regroupe actuellement des Valaisannes et des Valaisans âgés de 14 à 35 ans. Jusqu’ici, le Parlement des Jeunes du Valais (PJV) fonctionnait sous une forme associative. A la demande de ses membres, il pourrait à l’avenir être ancré dans la Loi en faveur de la jeunesse.

60 jeunes élus

«L'intérêt du changement de modèle, c'est d'ancrer au niveau du canton cette plateforme de représentativité des jeunes», explique Cédric Bonnébault, délégué à la jeunesse du canton. Cela permettrait, selon lui, de mettre en évidence l'éducation à la citoyenneté. Et cela donnerait aux jeunes la possibilité de présenter des projets ou des recommandations, mais aussi d'être une entité de consultation, à la fois pour le Grand Conseil et pour le Conseil d'Etat.

«L'idée c'est vraiment d'avoir une présence plus importante et un nombre de parlementaires plus conséquent.»Cédric Bonnébault, délégué à la jeunesse

«Dans le dispositif qui est prévu, l'idée c'est d'avoir une soixantaine de jeunes au niveau du Secondaire II, qui seraient élus par leurs pairs», précise Cédric Bonnébault. Ces jeunes élus, âgés de 14 à 20 ans, siègeraient trois à quatre fois par année.
Le règlement détaillé du PJV est encore en cours d'élaboration. «Il fixerait la présence élective de ces 60 jeunes, le rôle du parlement lui-même et la possibilité de création des commissions. Ce règlement indiquerait aussi la possibilité d'être organe de consultation. Il préciserait enfin le soutien du canton au travers du Service cantonal de la jeunesse pour appuyer les processus et les réflexions. Mais également pour avoir une base de financement, qui permette au Parlement des jeunes de pouvoir monter des projets et créer des groupes de travail», conclut le délégué à la jeunesse.

Donner une légitimité

Cette demande de changement de modèle intervient après quelques années de réflexion. Les jeunes n’ont pas pu se réunir pendant deux ans, ce qui a causé passablement de pertes dans la liste de leurs membres. «Il fallait trouver une solution pour redynamiser le Parlement des jeunes et de l'ancrer définitivement dans le paysage politique valaisan», confie son co-président Sylvain Robatel.

«On manquait parfois de légitimité. Il fallait trouver une solution pour redynamiser le Parlement des jeunes du Valais.» Sylvain Robatel, co-président du PJV

«En tant qu'association, on manquait un peu de légitimité dans nos prises de position», rappelle Sylvain Robatel. «Alors nous espérons qu'avec la votation au Grand Conseil et le changement de statut, le Parlement des Jeunes soit reconnu comme une réelle force de consultation et de proposition cantonale.»

La Commission des institutions et de la famille, qui s’est penchée sur la question, a donné un préavis positif. Réponse le 13 décembre, lors de la prochaine session du Grand Conseil.

NT
Thèmes liés à l'article
Catégories